Olivier Py met en scène Hamlet, l'opéra shakespearien d'Ambroise Thomas !

Folie réelle ou feinte, amour ou vengeance – entre ces extrêmes se joue la célèbre histoire d’Hamlet et Ophélie.

Après le meurtre de son père, Hamlet s’oppose au mariage de sa mère avec son oncle, quitte à perdre sa bien-aimée et à se perdre lui-même. Lorsqu’Ambroise Thomas choisit Hamlet de Shakespeare comme argument de son nouvel opéra, la France est déjà depuis des années sous le charme du dramaturge anglais, et le personnage d’Ophélie enthousiasme les artistes romantiques.

De la foisonnante intrigue shakespearienne, les librettistes Carré et Barbier ont dégagé un récit rectiligne, certes éloigné de l’original, mais qui inspire à Ambroise Thomas une partition cohérente, où il se présente en créateur magistral d’atmosphères musicales. Après Les Huguenots de 2011, unanimement ovationné, Marc Minkowski et Olivier Py poursuivent leur exploration du grand répertoire français du XIXe siècle.

Il n’était que justice que la Monnaie s’empare à sontour de cet ouvrage. Pour se faire, Peter de Caluwe s’est associé au Theater an der Wien et a sollicité un duo qui a notamment fait ses preuves avec la magnifique production des Huguenots (élue meilleur spectacle de l’année par Opernwelt) : le chef d’orchestre Marc Minkowski et le metteur en scène Olivier Py.
Marc Minkowski poursuit ici une collaboration fructueuse avec l’Orchestre symphonique de la Monnaie, déjà bien établie avec La Cenerentola, DonQuichotte, Les Huguenots et Il Trovatore. L’entrain et le sens du rythme de Marc Minkowski a remporté tous les suffrages lors de la création de la production à Vienne.

Pour ce projet, le chef d’orchestre est une fois de plus le complice du metteur en scène Olivier Py avec lequel il a déjà collaboré à plusieurs reprises. Le Français Olivier Py nous offre une lecture exigeante et inspirée de l’oeuvre, d’une humanité teintée de mélancolie d’où chaque individualité émerge avec force et justesse. L’imposant décor enferme l’action dans un espace sombre et hanté, et chaque tableau est une saisissante démonstration du sens théâtral d’Olivier Py. Il est ici secondé par deux complices de longue date dont on a pu apprécier le travail pour Les Huguenots, Pierre-André Weitz, lui-même chanteur lyrique, pour les décors et les costumes et Bertrand Killy pour les éclairages.

Distribution

  • Date 17 décembre 2013
  • Durée 1h 56min
  • Production Oxymore / Opéra de la Monnaie / Mezzo
  • Réalisation Stéphane Vérité
  • Compositeur Ambroise Thomas
  • Metteur en scène Olivier Py
  • Chef d'orchestre Jolente De Maeyer
  • Orchestre Orchestre et Choeurs de La Monnaie
  • Librettistes Michel Carré et Jules Barbier d'après William Shakespear
  • Lumières Bertrand Killy
  • Costumes et décors Pierre-André Weitz
  • Direction musicales Marc Minkwowski
  • Acteurs (+rôles) Claudius - Vincent Le Texier La Reine Gertrude - Sylvie Brunet-Grupposo Hamlet - Stéphane Degout Polonius - Till Fechner Ophélie - Lenneke Ruiten Laërte - Rémy Mathieu Horatio & Premier fossoyeur - Henk Neven Marcellus & Deuxième fossoyeur - Gijs Van Der Linden Le Spectre du feu Roi - Jérôme Varnier
A lire aussi