"Le Mois Molière" se poursuit à Versailles jusqu'au 30 juin : courez-y !

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/06/2014 à 15H38
Le Mois de Molière 2014 à Versailles : l'affiche

Le Mois de Molière 2014 à Versailles : l'affiche

© DR

Théâtre, musique, cirque et danse ne cessent de se succéder à Versailles dans le cadre du "Mois Molière" qui glorifie le spectacle vivant, sous toutes ses formes, dans la tradition et l'invention de Jean-Baptiste Poquelin, au sein de cadres exceptionnels que seule la cité royale peut offrir.

Pour rendre compte de la qualité des spectacles proposés : "Andromaque" de Racine, donné samedi dernier dans la cour du couvent des Recollets, dont une représentation est encore prévue dimanche 22 juin à 17h00 en ce même lieu.

Mis en scène par Daniel Annotiau avec le Théâtre des deux rives, cet "Andromaque" inattendu, s'agissant d'une tragédie un peu oubliée mais constamment reprise au fil des siècles, comme un des plus grands succès de Racine, est d'une beauté, d'une justesse et d'une interprétation de haut niveau, enthousiasmante grâce à tous les participants.
La troupe du Théâtre des deux rives dans "Andomaque" de Racine (juin 2014)

La troupe du Théâtre des deux rives dans "Andomaque" de Racine (juin 2014)

© Sylvie Pointet
On ne saurait en privilégier l'un ou l'autre, tant l'unité fait corps, d'où la reconnaissance d'une troupe. Car si Andromaque, rôle-titre, tenu par Alexandra Delu, est de premier ordre, c'est peut-être Patricia Margot dans le rôle d'Hermione, sa  rivale, qui prend le dessus, tant elle transmet durant toute la pièce ses enjeux, passant d'Oreste à Pyrus, jusqu'à un revirement ultime interprété de toute beauté. Pyrrhus (Guillaume Rousselet) est de grande prestance et Oreste (Thomas Grascoeur) impressionnant, tous deux dans leurs joutes subtiles et stratégiques, tant amoureuses que guerrières. Magnifique. Avec au cœur, une Andromaque meurtrie qui leur tient tête à tous, passée au tamis des épreuves subies.

La mise en scène sobre et belle, servie par de beaux costumes (sauf les souliers d'Andromaque…) sert ce texte incomparable mis en bouche de façon remarquable, dont la teneur est valorisée par l'acoustique et le cadre du couvent des Recollets de Versailles. De nombreux autres lieux prestigieux servent par ailleurs ce "Mois de Molière".
Daniel Annotiau en Pilate dans "Andromaque" de Racine, mis en scène par ses soins pour "Le Mois Molière" à Versailles en juin 2014

Daniel Annotiau en Pilate dans "Andromaque" de Racine, mis en scène par ses soins pour "Le Mois Molière" à Versailles en juin 2014

© Sylvie Pointet
Fabuleux de (re)découvrir ce texte d'exception par une troupe aussi inspirée, dans un contexte qui s'y prête tant. Mais "Le Mois de Molière" ce n'est pas qu'"Andromaque". Quelque 300 spectacles vivants sont donnés dans 65 lieux à Versailles. L'on y retrouve Homère, au même titre que Feydeau, Racine, Shakespeare, Pagnol, Péguy, Montherlant, ou encore Schisgal, un auteur contemporain américain, et bien sûr Molière, autour d’une même passion : celle des grands textes et des mises en scène qui privilégient le jeu de troupe et le dialogue direct avec les spectateurs.

Toute la programmation sur le site du Mois de Molière