Le Misanthrope baroque et spectaculaire de Michel Fau

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/03/2014 à 14H37
Michel Fau et Julie Depardieu dans "Le Misanthrope"

Michel Fau et Julie Depardieu dans "Le Misanthrope"

© Marcel Hartmann

Le Misanthrope a tout vu, résisté à toutes les adaptations et transpositions, ou presque. Balayant la tendance du moment, Michel Fau nous propose sa vision très baroque, très XVIIe siècle, de la pièce de Molière. Il en assure avec tout ce qu'il faut d'excès et de maestria la mise en scène et le rôle d'Alceste.

Un Alceste féroce à force d'intransigeance envers les hypocrites, les pédants, les infidèles. En cela Michel Fau ne révolutionne pas la vision d'Alceste mais il en grossit les excès jusqu'à en faire un loup solitaire et pathétique. Long cheveux filasse, visage fortement poudré et habit à rubans verts insensé, Fau emplit la scène de sa présence, creuse la veine sombre du personnage, accablé par la société de l'époque et son jeu de massacre mondain.
Une mise en scène baroque, très 17e siècle

Une mise en scène baroque, très 17e siècle

© Marcel Hartmann
Face à lui, Julie Depardieu est une Célimène malicieuse et séductrice, entourée d'une clique de bouffons hauts en couleurs : Jean-Pierre Muel campe un Oronte grotesque hilarant, en Arcinoé, Edith Scob est une prude redoutable. En contraste, Jean-Pierre Lorit incarne un Philinthe attachant, tout en nuances.

Les somptueux costumes signés David Berlugi ne lésinent pas sur les rubans et les perruques frisottées. Tandis que les décors de Bernard Fau (Frère de Michel) resserrent volontairement l'espace de jeu. Avec tout d'abord un rideau représentant un jugement dernier très déluré qui pousse les comédiens à l'avant scène, puis un décor de salon évoqué par deux immenses portes inclinées de chaque côté de la scène. Dans ce carcan qui limite les déplacements, la monstruosité des personnages éclate avec encore plus de force.  
De somptueux costumes signés David Berlugi

De somptueux costumes signés David Berlugi

© Marcel Hartmann


Evidemment, ceux qui connaissent leur Misanthrope par cœur n'y apprendront rien qu'ils ne savent déjà (sinon d'y voir Alceste incarné par un grand acteur), mais le fait de donner ce Molière dans un établissement du théâtre privé fera venir un autre public, qui découvrira un des chefs-d'œuvre du répertoire, dans la meilleure des interprétations possibles, proche sans doute de celle qu'ont pu connaître les contemporains de Molière.
 

Bande-annonce du Misanthrope


"Le Misanthrope" au Théâtre de l'œuvre
55 rue de Clichy, Paris Ixe
Tel 01 44 53 88 88