La compagnie Bacchus met en scène Don Quichotte : quand l'Inquisition préfigurait Daech

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/11/2016 à 17H26
Don Quichotte. Par la compagnie Bacchus © France 3 / Culturebox

La compagnie de théâtre Bacchus propose sa vision du "Don Quichotte" de Cervantes. Plutôt que de s'attarder sur l'effet comique du grand maître maigre et de son petit valet rondouillard, il s'agit ici d'attirer l'attention sur l'Inquisition dont les mots d'il y a 400 ans sont étrangement ceux utilisés aujourd'hui par les organisations islamistes. Troublant et inquiétant.

On oublie souvent que l'épopée de Don Quichotte se déroule sur fond d'Inquisition. Dans la version théâtrale que la compagnie Bacchus donne de l'oeuvre de Cervantes, l'intolérance catholique du 17e siècle pèse de tout son poids. Et l'on s'aperçoit que par delà les siècles, en l'occurrence quatre, les mots de l'extrèmisme restent les mêmes. Qu'il s'agisse de pourfendre l'infidèle selon Torquemada ou le mécréant dans la vision de Daech, le vocabulaire, la violence et l'extrèmisme sont les mêmes. 
Le rapprochement des deux intolérances est sans doute nécessaire pour comprendre à quoi l'occident est confronté aujourd'hui. C'est cette ressemblance qui a fappé le metteur en scène et auteur de cette pièce.

Reportage : S. Bourgeot / D. Colle / J. Paulin / J. Maujard


Le Don Quichotte de la compagnie Bacchus a été donné au festival d'Avignon le 15 juillet 2016, soit au lendemain de l'attentat de Nice qui a fait 84 morts et 331 blessés. L'actualité des mots d'intolérance lancés par les inquisiteurs espagnols du 17e siècle a alors particulièrement heurté le public ressorti très ému de cette représentation.