Théâtre : Christophe Honoré et l'aventure folle du "Nouveau Roman"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/11/2012 à 15H45
Ludivine Sagnier (Sarraute), Anaïs Demoustier (Duras)

Ludivine Sagnier (Sarraute), Anaïs Demoustier (Duras)

© Patrick Roux/Maxppp

Ce "Nouveau Roman", temps forts du Festival d'Avignon 2012, s'installe au Théâtre de la Colline à Paris jusqu'au 9 décembre. Christophe Honoré, romancier et cinéaste, s’est inspiré de la célèbre photo prise en 1959 devant les Editions de Minuit, pour raconter l’histoire de ce courant littéraire. Une révolution contre les conventions de la fiction, des années 50-60, que le cinéaste et metteur en scène estime injustement méprisée. "Il ne s’agit ni d’une reconstitution, ni d’un biopic mais d’une traversée", précisait Christophe Honoré la veille de la première, à Avignon. Un spectacle débridé et joyeux, et tant pis s'il est un peu trop long.

Dans un décor tout à la fois bureau-tribunal littéraire-salle de concert, la joyeuse bande des Editions de Minuit réinvente l’écriture avec une soif absolue de liberté et des égos qui s’entrechoquent. Profondément marqués par la guerre, ils rejettent tout ce qui les a précédés, à la recherche d’une forme nouvelle.

Un casting flamboyant
Pour les incarner, un casting flamboyant : Anne Mercier, massive, voix rauque et lunettes noires, incarne l’éditeur Jérôme Lindon.  Autre femme à jouer un homme, Brigitte Catillon est Michel Butor, seul survivant de l’époque. Jean Charles Clichet est un parfait Robbe-Grillet en bermuda ! Anaïs de Moustier est Marguerite Duras. Ludivine Sagnier, Nathalie Sarraute… Une dizaine de comédiens, tous excellents.

« Le nouveau réalisme sera toujours du réel qui n’a pas encore été pris dans des formes convenues », déclame Ludivine Sagnier alias Nathalie Sarraute. Un slogan, aussitôt inscrit en grosses letttres au dessus du bureau de Lindon. « Ce qui réunissait cette tribu hétéroclite », confiait Sagnier, « c’est le plaisir des mots, le bonheur de prendre la parole ».

Brûler tout ce qui les a précédé ou presque

Brûler tout ce qui les a précédé ou presque

© Patrick Roux/Maxppp
Honoré nous parle de leur combat mais également de leurs obsessions et de leurs contradictions : « Je veux montrer que ces écrivains sont des gens très joyeux qui partent en vacances, qui travaillent avec acharnement. » Ils chantent, dansent, débattent, s’engueulent et se réconcilient. Ils ont 20 ans et sont tellement vivants.

Et puis, par le biais de vidéos, des écrivains contemporains sont présents : Marie Darrieussecq, François Bégaudeau, Gilles Leroy, Eric Reinhardt, Lydie Salvayre, Philippe Sollers. Tous reconnaissent qu’ils doivent quelque chose au Nouveau Roman. La troupe de comédiens qui écoutent ces propos tenus par des écrivains d’aujourd’hui est un moment qu’on n’oublie pas.

Ludivine Sagnier chante

Ludivine Sagnier chante

© Raynaud de lage/Festival d'Avignon

Un spectacle débridé, joyeux... mais trop long
Une première heure de spectacle drôle, insolente, galvanisante. Mais lorsque que le cinéaste aborde le destin individuel de chacun, le spectacle beaucoup trop long (3 h) s’étire et s’étiole. Et quand Marguerite Duras donne sa recette de la soupe aux poireaux (allusion à l'un de ses textes célèbres), on souhaiterait qu’Honoré y ajoute un peu de piment.

Robbe-Grillet (Jean Charles- Clichet), Sarraute (Ludivine Sagnier)

Robbe-Grillet (Jean Charles- Clichet), Sarraute (Ludivine Sagnier)

© Patrick Roux/Maxppp

"Nouveau Roman", au Théâtre de la Colline du 15 novembre au 9 décembre 2012
Texte et mise en scène Christophe Honoré. Durée : 2h50.

15 rue Malte-Brun, Paris XXe
Tèl : 01 44 62 52 52
Du mercredi au samedi à 20h30
Le mardi à 19h30
Le dimanche à 15h30