Symbole de toutes les résistances, Antigone jouée en arabe

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/11/2013 à 14H52
Une scène d'Antigone par le Théâtre National Palestinien

Une scène d'Antigone par le Théâtre National Palestinien

© Théâtre d'Angoulême

C’est un événement. Jouée en arabe par les acteurs du Théâtre National Palestinien sous la direction du metteur en scène Adel Hakim, Antigone la tragédie de Sophocle est actuellement en tournée en France. Après Angoulême, Poitiers et Colmar accueilleront le spectacle.

Reportage: Sandrine Leclère, Francis Tabuteau, Josiane Etienne

La pièce interprétée en Arabe et sur-titrée en français a reçu, depuis sa création à Jérusalem-Est en mai 2011, un accueil extrêmement enthousiaste de la critique. Ce qui frappe avant tout dans cette adaptation d’Antigone c’est la résonnance de la tragédie palestinienne contemporaine avec le texte de Sophocle, qui date de prés de deux mille cinq cents ans.

La langue de Sophocle, dans sa traduction en arabe d’Abd El Rahmane Badawi, et la mise en scéne épurée d’Adel Hakim insufflent ainsi à la tragédie une portée politique singulière.

Antigone par le Théâtre National Palestinien
Les 7 et 8 novembre à Angoulême
Le 24 novembre à Poitiers 
Les 18 et 19 décembre à Colmar