"Situation grave" à la MC93 Bobigny, faute de moyens

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/02/2013 à 20H10
MC 93 Bobigny

MC 93 Bobigny

La Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis connaît une "situation grave et à haut risque", après le retrait d'une partie de la subvention du département et le report de travaux indispensables, a indiqué mardi son directeur Patrick Sommier.

Le département, qui assure 56% du budget (34% proviennent de l' Etat, 8% de  Bobigny) , a annoncé une baisse de 5% de son enveloppe pour la saison en cours, "alors que nos saisons sont programmées 18 à 24 mois en amont", a expliqué Patrick Sommier. La baisse, de l'ordre de 150.000 euros, après une première réduction  l'année précédente (45.000 euros), est "impossible à compenser" selon le directeur et met en péril les contrats liant le théâtre aux professionnels et aux partenaires co-producteurs, en France et à l'étranger.

La MC93 assure avec deux salles quelques 170 levers de rideau par an et  propose une programmation exigeante: cette saison "Les Trois Soeurs" mises en  scène par le Russe Lev Dodine, "Peau d'Ane" et "R&J Tragedy" de Jean-Michel  Rabeux, "Histoires diaboliques" d'après Gogol et du 2 au 9 février "Le Maître  et Marguerite" mis en scène par le Britannique Simon McBurney, qui joue à guichets fermés.

Bâtiment à l'abandon

La maison de la Culture accueille quelque 50.000 spectateurs, pour 30% de Seine-Saint-Denis, dont de nombreux scolaires (20% d'Ile-de-France et de  province, et 39% de Paris, le reste sans origine connue). Le bâtiment est "à l'abandon", et les travaux indispensables de mise aux normes programmés "viennent d'être reportés", déplore le directeur. "Des centaines de milliers d'euros partent en fumée dans des locations onéreuses et des frais d'entretien abyssaux à cause de la dégradation du bâtiment et des matériels", a souligné Patrick Sommier, qui appelle les décideurs à "comprendre les  vrais enjeux de ce qui se passe dans les maisons de la Culture".