Romeo Castellucci à Villeneuve-d'Ascq ou la dernière tentation des intégristes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/11/2011 à 19H23
"Sur le concept du visage du fils de Dieu"au festival d'Avignon

"Sur le concept du visage du fils de Dieu"au festival d'Avignon

© AFP / A.C. Poujoulat

La pièce controversée «Sur le concept du visage de Dieu» de Romeo Castellucci arrive ce mardi à Villeneuve-d’Ascq (Nord) dans un climat de tensions après les incidents qui ont émaillé ses précédentes représentations à Rennes et à Paris, et après les rassemblements à Toulouse contre une autre pièce "Golgota Picnic" de l'argentin Rodrigo Garcia qualifiée de blasphématoire et de christianophobique.

 

L’archevêque de Lille, Monseigneur Ulrich, est monté au créneau, à la veille de la représentation de la pièce de Romeo Castellucci "Sur le concept du visage du fils de Dieu" au théâtre « La rose des vents » à Villeneuve- d’Ascq, pour appeler au calme et s’élever contre ceux qui appellent à manifester. La pièce revient en France après une tournée en Europe sans le moindre incident.

 

 

Monseigneur Ulrich appelle les manifestants à se conformer à la morale chrétienne qui condamne la violence et prône le dialogue. Il les invite à se rassembler pour prier à ses côtés à l’heure de la première représentation prévue mardi 29 et mercredi 30 novembre à Villeneuve-d'Ascq, dans le cadre du festival "Next".

Plusieurs centaines d’intégristes catholiques s’étaient réunis, le 19 novembre dernier à Toulouse, à l’appel de l’ «Institut Civitas », pour manifester bruyamment leur opposition à une autre pièce "Golgota Picnic" écrite et mise en scène par Rodrigo Garcia qu'ils jugent blasphématoire et dont ils ont tenté de perturber les représentations au Théâtre Garonne. La première de la pièce "Sur le concept du visage du Christ" de Romeo Castellucci donnée en octobre dernier au Théâtre de la Ville à Paris avait déjà été interrompue suite à des incidents.

Un important dispositif policier sera déployé à Villeneuve-d’Ascq pour tenter d’éviter de nouveaux débordements. Les intégristes de l'«Institut Civitas », proches du courant des Lefebvristes, ont dores et déjà annoncé qu’ils feraient tout leur possible pour perturber toutes les représentations en France de ces deux pièces, et notamment celles de "Golgota Picnic" programmées prochainement à Paris au Théâtre du Rond-point, du 8 au 17 décembre 2011. Si la démarche des intégristes de l' "Institut Civitas" relève plus d'une tentative de prise de leadership à l'intérieur des milieux traditionnalistes, ces appels à la violence contre des oeuvres culturelles avaient en 1988 conduit un groupe d'individus à mener des actions violentes contre des cinémas diffusant le film de Martin Scorcese "La dernière tentation du Christ" qui avaient au final fait un mort et une quinzaine de blessés.