Reprise du travail à la Comédie-Française

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/01/2012 à 16H03
Thierry Hancisse et Julie-Marie Parmentier dans "L'école des femmes"

Thierry Hancisse et Julie-Marie Parmentier dans "L'école des femmes"

© DELALANDE RAYMOND/SIPA

Le travail a repris dimanche comme prévu à la Comédie-Française, où les salariés avaient entamé mardi une grève dans le cadre d'un préavis se terminant le 31 décembre. Les syndicats, qui espèrent une reprise des négociations, doivent se réunir lundi.

"Aujourd'hui, le théâtre fonctionne normalement", explique Zouhair Smaoui, délégué CGT, en soulignant que le préavis de grève déposé par les personnels techniques prévoyait un arrêt de travail "du 27 au 31 décembre à 23H59". Le programme normal devait être présenté, avec en matinée "l'Ecole des femmes" de Molière et en soirée "Un fil à la patte" de Feydeau, dont ce sera la dernière.

La grève s'est poursuivie jusqu'à samedi minuit, les syndicats n'étant pas parvenus à un accord avec la direction vendredi, selon Zouhair Smaoui. Il avait déjà fait état d'une rupture  des négociations vendredi matin, à la suite d'un incident entre un représentant de la direction et un syndicaliste. "On va voir si la direction nous convoque lundi", a-t-il indiqué dimanche, rappelant la dernière proposition des syndicats, à titre de compromis: plutôt qu'un mois supplémentaire de salaire, une prime uniforme de 1.600 euros pour tous les salariés, qui ne touchent actuellement qu'une prime d'environ 800 euros en moyenne.

Dans un tract distribué aux spectateurs samedi, les trois syndicats (SNAPAC/CFDT, SYNPTAC-CGT, UNSA/SADPCF) ont expliqué qu'ils demandaient "une meilleure répartition des bénéfices produits par l'ensemble du personnel de la Comédie-Française". Ces bénéfices sont partagés chaque année à raison de 76,5% aux 37 sociétaires, 16,5% aux 360 salariés et pensionnaires, 7% étant mis en réserve, selon les syndicats. La direction de la Comédie Française n'a pas pu être jointe dimanche après-midi.