Rayhana sur les planches, une artiste ne se tait jamais

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/10/2011 à 12H29
Rayhana sur les planches, une artiste ne se tait jamais

Rayhana sur les planches, une artiste ne se tait jamais

© Culturebox

Rayhana joue dans la pièce "Mimi" au Vingtième Théâtre, jusqu'au 30 octobre 2011. Le texte est signé Aziz Chouaki, la mise en scène Frédérique Larazini, il s'agit du quotidien d'un bar guinguette provençal, en pleine guerre d'Algérie. France 3 Paris Ile-de-France signe le portrait de l'auteure et comédienne.

Un an et demi plus tard, elle exerce son art sans faillir, se montre, parle, écrit, joue. La comédienne algérienne Rayhana n'a pas l'intention de s'effacer, comme l'auraient souhaité ses agresseurs, ce soir de janvier 2010. A l'époque, Rayhana racontait à la Maison des Métallos son ancienne condition de femme en Algérie, les dérives de l'islamisme, avant son exil vers la France en 1999. Mais en matière de religions, l'intolérance et la violence sont partout. Alors qu'elle se rend à son spectacle, Rayhana est aspergée d'essence par des hommes qui lui jettent une cigarette au visage. elle en réchappe miraculeusement. Au début de l'année, Rayhana a publié un livre, dans lequel elle témoigne une fois encore, de sa vie comme de son agression. Elle a choisi pour titre "Le Prix de la Liberté" (chez Flammarion).