"Portrait craché" : Véronique Genest en digne héritière de Jacqueline Maillan

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/02/2016 à 16H10
Caroline Devismes, Véronique Genest et Julien Cafaro, à l'affiche de "Portrait craché" de Thierry Lassalle, au Palais des Glaces, Paris

Caroline Devismes, Véronique Genest et Julien Cafaro, à l'affiche de "Portrait craché" de Thierry Lassalle, au Palais des Glaces, Paris

© DELALANDE/SIPA

Véronique Genest est actuellement à l'affiche de "Portrait craché" de Thierry Lassalle, au Palais des Glaces de Paris. Une comédie de boulevard dans laquelle secrets de famille et quiproquos sont à l'honneur. Invitée du Grand Soir 3, elle est venue parler de ce rôle, initialement écrit pour Jacqueline Maillan, mais qui n'a jamais pu le jouer.

Ces derniers temps, on entendait plus parler de Véronique Genest pour ses positions politiques que pour son travail de comédienne, mais en cette nouvelle année, elle revient sur les planches dans une comédie "Portrait craché", au Palais des Glaces à Paris.

L'histoire de Marie, mère d'Arthur, 25 ans, qui n'a jamais su qui était son père. Ce dernier, Philippe, ne sait pas non plus qu'il a eu un fils avec Marie, car elle ne lui a jamais dit. Mais lorsque la fille de Philippe tombe amoureuse d'Arthur, qui est donc son demi-frère, les choses se corsent pour Marie. Du pur boulevard, une comédie légère qui ravit la comédienne. 

Un rôle écrit en 1992 pour Jacqueline Maillan

Thierry Lasalle avait à l'origine écrit ce rôle pour Jacqueline Maillan. Mais elle est décédée avant que la pièce n'ait vu le jour. Plus de 20 ans après, c'est donc Véronique Genest qui reprend le flambeau. Une fierté pour la comédienne de lui succéder. "C'est très flatteur, c'est quelqu'un que j'admire énormément. Je la trouvais totalement décalée, humoristique, je trouvais que c'était une femme géniale, avec une forme de fougue, de dynamisme, des démesures que j'adorais", confie Véronique Genest sur le plateau du Soir 3. 

Avec Véronique Genest, Julien Cafaro, Caroline Devismes, Gaspard Leclerc. Mise en scène de Thomas Le Douarec.