Plus de 500 compagnies de théâtre envahissent les rues d'Aurillac

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/08/2012 à 12H09
La troupe Zig Zazou en représentation dans les rues d'Aurillac, été 2011

La troupe Zig Zazou en représentation dans les rues d'Aurillac, été 2011

© THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Dans le Cantal, le Festival international de théâtre de rue d'Aurillac se tient du mercredi 22 au samedi 25 août. L'occasion de découvrir une belle part de la création contemporaine avec une programmation à la croisée des genres.

En Auvergne, la ville d’Aurillac voit sa population multipliée par 4 chaque année au mois d’août. Pendant quatre jours, elle accueille le Festival international de théâtre de rue. Une vingtaine de compagnies à la programmation officielle et plus de 500 « compagnies de passage » - le off du Festival – envahissent rues, squares, impasses et places de la ville.

« Si seulement le théâtre, la danse, la musique, le graphisme ou la marionnette pouvaient réenchanter nos vies », espère Jean-Michel Songy, directeur du festival. Cette année, et comme beaucoup d’autres événéments du monde de la culture, le festival a du jongler avec un budget restreint et les artistes « se sont serrés la ceinture pour être là ».

C’est donc dans une démarche solidaire et une envie de rassemblement que Jean-Marc Songy et toute son équipe ont élaboré une programmation ouverte aux multiples genres du spectacle vivant : « expériences dans la nature, fresques populaires ou parades rituelles dans la ville ». 

L'affiche de la 27e édition du Festival de théâtre de rue d'Aurillac

L'affiche de la 27e édition du Festival de théâtre de rue d'Aurillac

© Anaïs Blanchard & Nadège Delalande
A noter le retour de la troupe Royal de Luxe avec son spectacle "Rue de la Chute" (du mercredi 22 au vendredi 24). Egalement Jo Bithume avec "Far West 2037" (mercredi 22), Amaranta "la vieille dame qui lançait des couteaux" (du mercredi 22 au samedi 25), Annibal et ses éléphants "le film du dimanche soir" (du mercredi 22 au samedi 25).

Voir l’intégralité de la programmation sur le site du festival

Face au « hold up social, au démantèlement des services publics et des solidarités », les organisateurs et les artistes invitent chaleureusement les visiteurs « à prendre des forces et à se requinquer sur des terres hospitalières, comme celles du Cantal, où l’agri-culture supplante la mode des Smartphones ! ».