Philippe Tesson : un théâtre dans la poche

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/01/2013 à 18H23
Philippe Tesson

Philippe Tesson

© Damien Meyer/AFP

Il aime le verbe et la rhétorique, le journalisme et le théâtre. Patron de presse (ancien propriétaire du Quotidien de Paris), critique, voilà Philippe Tesson, directeur de théâtre à 84 ans. Et pas n’importe lequel, le théâtre de poche qu'il nous a fait visiter ce matin, après un an de travaux.

Un théâtre petit par la taille, coincé au fond d’une minuscule impasse, mais fort d’une longue histoire grâce à Renée Delmas et Etienne Biérry qui l’ont dirigé pendant 50 ans, accueillant tous les jeunes auteurs des années Saint-Germain des près, de Ionesco à Duras.
 
Un théâtre que Tesson a racheté il y a un an et qu'il va donc codiriger avec sa fille Stéphanie Tesson (auteur et metteur en scène)  et Charlotte Rondelez (membre de la compagnie théâtrale « Les Eclanches »).

On avait envie d'une maison à soi 
 « Nous avons des liens familiaux et amicaux, mais ne passons pas la nuit à parler théâtre », plaisante Tesson. « Notre charte c’est bonheur et plaisir, jouir du théâtre, choisir des pièces… on avait envie d’une maison à soi ».

Ouverture mardi 15 janvier avec "Le mal court" de Jacques Audiberti
Pour ce théâtre complètement rénové, une pièce emblématique de Jacques Audiberti « Le mal court » a été choisie. Un texte qui avait été créé justement au théâtre de poche en 1947. La mise en scène est de Stéphanie Tesson, avec entre autres Marcel Maréchal. Première ce soir, mardi 15 janvier.
 
Des projets à foison et deux petites salles
Car les projets foisonnent pour les deux petites salles de 130 et de 90 places, précédées d’un foyer chaleureux pour petits encas.  « Du théâtre de texte et de jeunes compagnies, qui sont des pépinières de talents, des monologues, des spectacles musicaux, des pièces pour le jeune public comme La gloire de mon père ou les contes d’Ionesco » précise Stéphanie Tesson.
Philippe Tesson présente son théâtre de Poche, mardi 15 janvier 2013

Philippe Tesson présente son théâtre de Poche, mardi 15 janvier 2013

© S.Jouve
 
Le nouveau théâtre de poche a été financé à hauteur de 350 000 euros conjointement par la Mairie de Paris et le Ministère de la Culture. Mais l’argent n’est pas tout, tient à préciser Tesson qui ne dévoilera pas le montant total du projet : « autant la Mairie de Paris nous a soutenus, autant du côté du ministère nous avons ressenti une absence totale d’intérêt pour ce type de projet ! ».
 
Heureux mais un peu éprouvé par une année de travaux et de tracasserie administratives qui accompagnent toute ouverture de lieux publics, le jeune directeur de théâtre précise qu’il ne se lancera pas dans la mise en scène mais dispensera ses conseils bienveillants.
 
 
Théâtre de Poche-Montparnasse
75 bd du Montparnasse, Paris VIe
Réservations 01 45 48 92 97
 
- "Le mal court" d'Audiberti. A partir du 15 janvier 2013
- "Inventaires" de Philippe Minyana avec Judith Magre. A partir du 24 janvier.
- "To be Hamlet or not to be" mis en scène par Charlotte Rondelez à partir du 18 janvier dans le "Petit Poche", salle modulable dédiée aux jeunes compagnies.
 ( Pièce créée à Avignon en 2012)

Prix des places : de 10 à 35 euros