Optimistes, les théâtres privés font leur rentrée

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/09/2015 à 17H50
La rentrée des théâtres privés © Sandro Di Carlo Darsa / AltoPress / PhotoAlto

Le théâtre privé a attiré 4% de spectateurs supplémentaires et engrangé une hausse de 2,5% de ses recettes au premier semestre par rapport à la même période 2014, a annoncé mardi Bernard Murat, président du Syndicat national du théâtre privé SNDTP. La rentrée théâtrale fait la part belle aux vedettes et aux metteurs en scène prestigieux pour attirer le public.

Vers un rajeunissement du public ?

Le début de saison (septembre-décembre) aligne 104 pièces et les spectacles jeune public ont le vent en poupe, avec 35 pièces contre 22 l'an dernier, laissant entrevoir "une voie de diversification pour les théâtres et une source de rajeunissement du public", a souligné M. Murat lors de la présentation de la saison des théâtres privés.

"Il faut aller chercher les spectateurs dans les maternelles, là où le goût se forme", a ajouté le président du SNDTP, se félicitant "d'une rentrée ambitieuse et toute en diversité".

Le Syndicat national des directeurs et tourneurs du théâtre privé regroupe les poids lourds du théâtre privé à Paris, soit une cinquantaine de théâtres) et plus de 3 millions d'entrées dans la capitale, et une dizaine d'organisateurs de tournées. 

Allonger la durée de vie des spectacles

M. Murat a regretté toutefois auprès de l'AFP que "les spectacles en France ne sont pas joués assez longtemps", soulignant que le théâtre privé souffre d'un manque de diffusion avec peu de tournées en régions.

"Il ne sert à rien de prétendre sauver le régime d'intermittence s'il n'y a pas une réflexion et une action vigoureuse pour renforcer la diffusion des spectacles, allonger les durées d'exploitation et ainsi toucher un public plus nombreux", a plaidé le président du syndicat des théâtres privés, qui s'est réjoui de la conférence pour l'emploi dans le spectacle vivant organisée en octobre par les ministères de la Culture et du Travail.

Une brochette de vedettes

Pour cette saison, le théâtre privé débauche des vedettes de la chanson : Marc Lavoine monte pour la première fois sur les planches à la Pépinière dans "Le poisson belge" du duo Léonore Confino/Catherine Schaub, tandis que Sylvie Vartan remonte sur les planches à 71 ans dans une pièce écrite par Isabelle Mergault, "Ne me regardez pas comme ça" (Théâtre des Variétés).

Pour sa part Michel Sardou trompe Marie-Anne Chazel dans "Représailles" d'Eric Assous à la Michodière. François Berléand et Muriel Robin adoptent "Momo" au Théâtre de Paris. Pierre Arditi et Evelyne Bouix s'étripent au théâtre Edouard VII dans "Le Mensonge". Guy Bedos fait une fugue avec Philippe Magnan dans "Moins 2" au théâtre Hébertot où un peu plus tard Eric Cantonna se confronte à un triangle amoureux dans "Victor". Enfin Catherine Frot surveille de près Michel Fau dans "Fleur de cactus".