Opéra Mosset réunit amateurs et professionnels dans "La Belle Hélène"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/08/2012 à 10H59
  • Tous les talents sont dans Opéra Mosset.
  • Tous les talents sont dans Opéra Mosset.
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Tous les talents sont dans Opéra Mosset.
    Tous les talents sont dans Opéra Mosset. © Georges Gironès / Opéra Mosset
  • Tous les talents sont dans Opéra Mosset.
    Tous les talents sont dans Opéra Mosset. © Georges Gironès / Opéra Mosset

Pour fêter ses 10 ans, l'association Opéra Mosset qui crée des spectacles musicaux à Mosset, a choisi en cet été 2012, de s'attaquer à l'opéra-bouffe de Jacques Offenbach. Résultat : une version rafraîchissante de cette pièce majeure du répertoire où des bénévoles, habitants d'une vingtaine de communes du secteur, tiennent la dragée haute aux professionnels du spectacle.

Chaque été depuis 2003, Opéra Mosset fait souffler pendant quelques jours de représentations, un vent de folie dans la cour du château de ce village des Pyrénées-Orientales. Des solistes professionnels ou en voie de le devenir (issus de la master class du Conservatoire Royal de La Haye aux Pays-Bas) prêtent leur talent à une aventure humaine portée par des dizaines de choristes et acteurs amateurs. Devant plus de 4000 septacteurs, les uns jouent et chantent, les autres créent les costumes ou assurent la logistique. Chacune des créations mobilise la population de Mosset et des villages voisins, soit environ 150 artistes et techniciens.

Le célèbre opéra-bouffe d'Offenbach présenté en plein air à Mosset.

Le célèbre opéra-bouffe d'Offenbach présenté en plein air à Mosset.

© Opéra Mosset

Fantaisie et anachronismes

Dans cette "Belle Hélène", se côtoient sur scène, onze musiciens,  trois comédiens, quarante choristes et douze solistes internationaux. Ceux qui avaient participé aux spectacles précédents ont été rappelés pour participer à cette création-anniversaire. Le metteur-en-scène Karim Arrim souligne l'aspect festif du récit et en fait une satire de la haute société du Second Empire. Il n'hésite pas à mélanger les époques : même s'il place son récit à la Belle Epoque, les Dieux de l'Olympe restent présents.

La mise-en-scène mélange les genres et les époques.

La mise-en-scène mélange les genres et les époques.

© Georges Gironès / Opéra Mosset

Une troupe internationale

On notera la participation de Jannelieke Schmidt dans le rôle d'Hélène et du contre-ténor Nikolay Gladskikh dans celui d'Oreste. A la baguette, l'allemand Jörn Boysen dirige de son côté, un orchestre multiculturel : les musiciens sont espagnols, néerlandais ou encore australiens. Rien d'étonnant à cela car Mosset fait figure de melting-pot : parmi ses 300 habitants annuels, 15 nationalités différentes sont représentées.

Nouvelles représentations les 1er, 2, 4 et 5 août 2012 dans la cour du château à Mosset.