Monaco succombe aux mystères du théâtre Kabuki

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/09/2009 à 10H04
Monaco succombe aux mystères du théâtre Kabuki

Monaco succombe aux mystères du théâtre Kabuki

© Culturebox

L'art japonais est à  l'honneur à  Monaco du 16  au 20  septembre 2009. Tous les après-midi, la salle Garnier accueille un spectacle de kabuki. Un théâtre traditionnel très codifié et exclusivement réservé aux hommes.

Pour donner une idée de l'importance culturelle du kabuki, on peut rappeler pour commencer qu'il fait partie des 43 chefs d'oeuvre proclamés par l'Unesco " Patrimoine oral et immatériel de l'humanité " en 2005. C'est effectivement un art extrêmement codifié (ce qui n'est pas un hasard dans un pays comme le Japon) : le rideau s'ouvre de droite à gauche ; sur scène, les personnages de haut rang sont à gauche, ceux de rang inférieur vont à droite. Costumes et maquillages répondent eux aussi à des codes très précis. Concernant les acteurs, ils forment des " familles ", sans qu'il y ait obligatoirement un lien de sang. Tous ses membres portent le même nom suivi d'un chiffre et chaque famille a un rôle qui lui est dévolu depuis des siècles. Rien ne change donc au pays du Kabuki. Enfin presque. Mokuami, un auteur de pièces kabuki a essayé de le moderniser en habillant les acteurs de façon occidentale. Cette forme nouvelle prit le nom de Zangiri-mono.

Si vous arrivez à déchiffrer le japonais, sachez qu'il est possible de voir des rediffusions de pièces de kabuki sur la chaine télévisée " Kabuki Channel "


Plus d'infos sur le kabuki