Mnouchkine, Castellucci et Huppert au Printemps des comédiens de Montpellier

Par @Culturebox
Publié le 30/05/2017 à 19H26
Un mois de festivités dédié au théâtre dans toutes ses formes. 

Un mois de festivités dédié au théâtre dans toutes ses formes. 

© Printemps des comédiens

Le Printemps des comédiens ouvre aujourd’hui ses portes à Montpellier. Pour sa 31e édition le festival a vu les choses en grand en invitant des grandes figures du théâtre comme Ariane Mnouchkine, l'Italien Romeo Castellucci et le Suisse Christoph Marthaler.

C'est le spectacle du Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine "Une Chambre en Inde", qui ouvre le festival ce soir. Le directeur du Printemps, Jean Varela y voit "à la fois un hommage au théâtre et une réflexion sur l'état du monde".
 


Théâtre, cirque, lectures, rencontres dans la magnifique pinède du domaine d'O, le Printemps des Comédiens sera marqué cette année par deux créations majeures. 

  • Tout d'abord, la création en France de "Democracy in America", de Romeo Castellucci, inspirée par le texte d'Alexis de Tocqueville. Cela paraît "d'une certaine actualité", commente Jean Varela, même si Castellucci assure qu'il ne s'agit pas d'un spectacle politique. 
  • La clôture du "Printemps" sera assurée les 30 juin et 1er juillet par une autre figure internationale du théâtre contemporain, Christoph Marthaler de la Volksbühne de Berlin, qui a créé depuis trois décennies à travers l'Europe des spectacles qui marquent les mémoires. Il présentera cette fois une création mélancolique, "Sentiments connus, visages mêlés".

Quand Isabelle Huppert rencontre le marquis de Sade

  • Parmi les autres grands rendez-vous du "Printemps", la comédienne Isabelle Huppert viendra le 19 juin lire des textes de Sade pour un spectacle intitulé "Juliette et Justine, le vice et la vertu"
  • Le 3 juin, Jean-Claude Carrière, 85 ans, héraultais et président du festival, sera sur scène tel un conteur indien pour poursuivre sa longue histoire d'amour avec Le Mahabharata et relever le pari de retracer cette gigantesque épopée indienne en moins de deux heures.

La réforme territoriale sème le trouble

Dans le cadre de la réforme territoriale, la compétence en matière de culture a fait l'objet pendant plusieurs mois en 2016 d'une lutte acharnée entre le département de l'Hérault et la métropole de Montpellier avant qu'un accord ne soit trouvé fin décembre. Cette longue incertitude a engendré des arbitrages tardifs pour le Printemps, avec un budget finalement fixé à 2,3 millions d'euros pour un festival qui a accueilli 60.000 spectateurs en 2016. Mais le festival et son directeur Jean Varela, sont finalement sortis renforcés de cette période troublée.