Michel Boujenah incarne un héros de Woody Allen au théâtre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/03/2012 à 11H25
Les principaux comédiens de "Whatever Works" : Norah Arnezeder, Michel Boujenah et Cristiana Reali

Les principaux comédiens de "Whatever Works" : Norah Arnezeder, Michel Boujenah et Cristiana Reali

© PIERRE VERDY/AFP

Michel Boujenah interprète au théâtre le héros du film de Woody Allen "Whatever Works", un personnage de juif new-yorkais, "un type né en dépression", pour en faire un juif à Paris". "J'adore ça", confie le comédien et humoriste. "Il est boiteux, plus vieux que moi, hypocondriaque, misogyne, misanthrope, paranoïaque", s'amuse-t-il à énumérer.

"Juif à Paris"
L'adaptation théâtrale de "Whatever Works", dans une mise en scène de Daniel Benoin, sera présentée au Théâtre national de Nice à partir de mardi jusqu'au 10 avril, puis au Théâtre Marigny à Paris à partir du 17 avril. "C'est quand même Woody Allen que je vais jouer, et pour moi ce n'est pas neutre, même si nous sommes évidemment très, très différents", ajoute Michel Boujenah.

L'humoriste, qui a croqué une série de portraits de juifs franco-tunisiens dans ses sketches comme "Albert" (1980), "Les Magnifiques" (1984), ou "Les Nouveaux Magnifiques" (2004), admet pourtant "une adéquation très forte" entre le personnage du film et lui-même, "au niveau de la culture, des références".

Michel Boujenah revient à la pièce dont l'intrigue a été transposé" de New York en France. "Je ne vais pas essayer de jouer un juif new-yorkais. Je joue un type qui a failli être Prix Nobel, qui est hypocondriaque, qui n'aime pas les médecins, qui ne veut plus faire l'amour, dont le seul désir c'est d'être isolé de ce monde (...) et je veux le jouer à ma manière." "Pour moi, "il est juif à Paris", affirme-t-il.

Projets de cinéma
"A part cette pièce, mon objectif fondamental est de finir d'écrire mon troisième film", confie le comédien, déjà auteur de "Père et fils" (2003) et "Trois amis" (2007).

Michel Boujenah, qui avait reçu le César du meilleur acteur dans un second rôle pour sa prestation dans le film de Coline Serreau "Trois hommes et un couffin" (1985), réfléchit, avant d'assurer: "Si un jour j'arrête le one man show, vraiment ce sera pour devenir metteur en scène de cinéma tout le temps."

Mais, précise-t-il, "pour l'instant, je n'ai pas envie". "Je prends du temps pour vivre. On ne peut pas écrire si on ne vit pas." "Ou alors", ajoute-t-il, "il faut faire comme Proust: la moitié de sa vie, on la vit et l'autre moitié, on passe sa vie à écrire la moitié de la vie qu'on a vécu."