Line Renaud sur scène dans "Harold et Maude"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/02/2012 à 14H20
Line Renaud et Thomas Solivérès dans "Harold et Maude".

Line Renaud et Thomas Solivérès dans "Harold et Maude".

© Théâtre Antoine, Paris.

Deux ans après "Très chère Mathilde", Line Renaud brûle de nouveau les planches dans "Harold et Maude". A 81 ans, la comédienne touche-à-tout incarne jusqu'au premier avril 2012 au Théâtre Antoine à Paris, le premier rôle féminin de cette pièce maintes fois mise en scène et tirée d'un film devenu culte. La vieille dame croisera le chemin d'un jeune homme de 20 ans aux tendances suicidaires. Elle lui apprendra la joie, le bonheur et l'amour.

 

 

Sur la scène du Théâtre Antoine à Paris, Line Renaud et Maude se confondent. L'actrice est son personnage. La même curiosité et le même amour de la vie les unit. "J'ai toujours désiré Maude et je savais qu'elle arriverait dans ma vie", confie la pimpante octogénaire qui a refusé de l'incarner il y a dix ans, s'estimant trop jeune! Et c'est aujourd'hui avec un plaisir impatient et une fantaisie généreuse qu'elle interprète cette femme qui n'a que faire de son âge. Pour lui donner la réplique en jeune homme sombre, mais prêt à renaître à la vie, on découvre Thomas Solivérès. Les spectateurs attentifs d'"Intouchables" auront remarqué son visage d'adolescent bon chic bon genre. Il joue "Bastien" qui se fait vertement remonter les bretelles par Omar Sy.

 

 

Comédienne dans les années 50 et meneuse de revue les deux décennies suivantes, Line Renaud s'est depuis, illustrée dans de nombreux téléfilms comme "Suzie Berton" et "Les Rois maudits", mais aussi sur grand écran. On peut citer "Ripoux contre Ripoux" (1989), "Ma femme me quitte" (1995), "Chaos" (1999), "18 ans après" (2001), bien sûr "Bienvenue chez les Ch'tis" (2007) et plus récemment, "La Croisière" de Pascale Pouzadoux (2011).

Cinéma, télévision, théâtre, chanson et engagement dans la lutte contre le sida

L'artiste, également vice-présidente de l'association "Ensemble contre le sida", a aussi embrassé une carrière dans la chanson. En novembre 2011, elle a publié un double CD-DVD "Un soir de mai à l'Olympia" (Warner), enregistré lors d'un concert quelques mois plus tôt à l'Olympia où elle survole quelques grands titres de sa longue carrière, ainsi qu'un album intitulé "Rue Washington" influencé par les mélodies jazz et latino des années 60. Parmi les invités sur ce disque, Julien Clerc, Marc Lavoine, Grand Corps Malade, Christophe Maé, Salvatore Adamo, mais aussi Mylène Farmer pour "C’est pas l’heure" et Johnny Hallyday pour "Un Monde Merveilleux".

Le théâtre s'est invité dans la vie de Line Renaud, une petite dizaine de fois en trente ans. Elle a reçu un prix en hommage à sa carrière, de façon improvisée, lors des Molières 2009 avant d'en être désignée présidente d'honneur l'année suivante. On se souvient notamment de son duo avec Muriel Robin dans "Les Fugueuses" (2007). En 2010, dans "Très chère Mathilde", une pièce d'Israël Horovitz mise en scène par Ladislas Chollat qui a aussi travaillé sur ce dernier "Harold et Maude", elle incarne une vieille dame au coeur d'un amour triangulaire qui devra affronter son passé.

 

 

Dans "Harold et Maude", il est de nouveau question pour elle d'histoire amoureuse compliquée. C'est Jean-Claude Carrière qui signe cette adaptation de la pièce de Colin Higgins. Elle fut montée en France pour la première fois par Jean-Louis Barrault à Bordeaux, puis en 1973 à Paris au Théâtre du récamier en 1973 avec Madeleine Renaud. Denise Grey et Danielle Darrieux entre autres, prêteront également leurs traits à Maude

Harold et Maude : un film à sensation

Mais avant de le découvrir sur scène, le couple-titre a crevé l'écran dans le film d'Hal Ashby en 1971. Ce long-métrage mis en musique par Cat Stevens est aujourd'hui une oeuvre culte alors qu'au moment de sa sortie, il a défrayé la chronique dans le monde entier. Les personnages prônant l'excentricité, le refus des normes et le désir de vivre leur amour, le film, jugé choquant, a été interdit au moins de 12 ans, voire aux moins de 18 ans dans certains pays.