Les Souvenirs et la solitude de Jean Zay mis en scène à Marseille

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/10/2013 à 14H34
Philippe Séjourne est Jean Zay

Philippe Séjourne est Jean Zay

© France3/culturebox

Qui se souvient encore de Jean Zay ? L’histoire a effacé de nos mémoires le souvenir de ce ministre du Front populaire qui a payé de sa vie son opposition au gouvernement de Vichy. L’homme injustement emprisonné, écrira du fond de sa cellule, "Souvenirs et solitude", un texte de réflexion sur son époque et les projets qu’il souhaite pour la France, mais il sera assassiné en 1944.

La pièce "Souvenirs et solitude" de Jean-Manuel Bertrand et du dramaturge-metteur en scène Raymond Vinciguerra a été présentée pour la première fois au public à Marseille. Ce choix n’est pas dû au hasard. Condamné le 4 octobre 1940 à la déportation et à la dégradation militaire, la même peine que Dreyfus et juif tout comme lui, Jean Zay a été emprisonné à Marseille au fort Saint-Nicolas, avant d'être transféré à Riom en 1941.

Jean Zay est une figure emblématique de la 3e république. Né en 1904, d’un père juif et d’une mère protestante, il entre au gouvernement du Front Populaire à 32 ans comme ministre de l’éducation nationale et des Beaux arts. Il démocratise et modernise le système scolaire français. Il crée le CNRS, L’ENA, le Musée de l’Homme, le Festival de Cannes, le Musée d’Art Moderne. On lui doit également la création des bibliothèques itinérantes, les bibliobus, pour permettre au monde rural d'accèder à la culture.
De son engagement politique, Jean Zay gardera les notes prises pendant son ministère. Elles seront publiés sous le titre « les carnets secrets » en 1941. Il écrira  également  "Chroniques du Grenier", "La réforme de l’enseignement", "La bague sans doigt".

Reportage: Valérie Chénine, Pauline Guigou, Michel Benoit, Aline Boi
 
La pièce "Souvenirs et solitude" de Raymond Vinciguerra et Jean-Manuel bertrand, a été labellisée Marseille Provence 2013 et présenté au théâtre Toursky le jeudi 17 octobre 2013.
 
Des extraits du texte seront lus ce vendredi 18 octobre 2013 à l’Hôtel de Ville de Paris à 20 h.