Les marionnettistes de demain sont à Avignon

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/07/2011 à 10H35
Les marionnettistes de demain sont à Avignon

Les marionnettistes de demain sont à Avignon

© Culturebox

Vitrine exceptionnelle pour des milliers de représentants de l'art vivant, le festival de la Cité des Papes est un incubateur de jeunes talents. Six compagnies de Champagne-Ardenne en profitent. Elles ont été sélectionnées pour se produire à la Caserne des Pompiers au festival d'Avignon pendant l'édition 2011. Parmi les lauréats, cinq étudiants de l'Ecole nationale supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières.  

Au cours de cinq solos, les jeunes diplômés de l'ESNAM entendent donner un nouveau souffle à l'art de la manipulation. Ici, point de marionnettes suspendues au bout d'un fil. Ces artistes en herbe se jouent des formes. Ils empruntent des gestuelles à la danse et au mime, apparaissent le plus souvent en pleine lumière détournant des objets inattendus. Ils s'inspirent de contes traditionnels et de mythologies anciennes ou contemporaines pour explorer l'âme humaine.
Dans "Sous la neige qui tombe", Simon Moers envisage les grands de ce monde à l'échelle de l'infiniment petit. L'Empereur de Chine devient un minuscule grain de semoule au milieu de ses sujets de la même taille.
Carine Gualdanori elle, manipule la partie supérieure d'un squelette et exécute une danse funèbre dans "Un jour, je suis morte." Malmenée par la bise du Grand Nord, sa silhouette se retrouve dévorée par les poissons. Un destin inspiré d'un récit inuit.
Dans "Il était une fois", Christina Iosif devient une femme-pêcheur. Un jour, elle attrape un poisson magique. Une chance qui va tourner au cauchemar lorsque l'héroïne prendra le chemin de l'immigration.

A voir aussi sur Culturebox, d'autres vidéos sur l'édition 2011 du Festival d'Avignon !
- Le-festival-des-marionnettes-à-Bernay
- Les-orphelines-à-l'affiche-des-arts-d'heures-buissonnieres