Le Théâtre national de Bretagne épinglé pour sa gestion

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/09/2014 à 12H34
Théâtre national de Bretagne, à Rennes, à la veille de sa réouverture après 3 ans de travaux (7 février 2014)

Théâtre national de Bretagne, à Rennes, à la veille de sa réouverture après 3 ans de travaux (7 février 2014)

© Marc Ollivier / Ouest-France / MaxPPP

La Chambre régionale des comptes critique le prestigieux Théâtre national de Bretagne (TNB) de Rennes dans un rapport rendu public mardi. Certains conseillers municipaux réclament la démission de son directeur François Le Pillouër.

L'établissement, subventionné à hauteur de 8 millions d'euros par an par la ville, la métropole, le département d'Ille-et-Vilaine, la région de Bretagne et l'État, se voit reprocher sa gestion des primes et des frais de mission de ses cadres ainsi qu'un manque de transparence dans les procédures d'achat.

La Chambre des comptes note ainsi que trois hauts responsables du TNB ont touché plus d'une centaine d'heures supplémentaires en 2011 et 2012. Or, leur statut leur interdit en principe d'en bénéficier. De plus, certains agents ont perçu "des primes exceptionnelles alors que leur contrat de travail les excluait spécifiquement", selon le rapport.

La Chambre des comptes souligne que les hauts responsables du TNB se partagent cinq cartes de paiement, qui ont généré 90.000 euros de dépenses en 2011. "L'utilisation de ces cartes n'obéit à aucun formalisme précis" et "aucun plafond de dépenses autorisées n'est précisé", selon le rapport.

Au total, les frais de mission atteignaient près de 130.000 euros en 2012. En ce qui concerne la procédure d'achats, la CRC relève qu'elle "ne satisfait pas aux règles de publicité et de concurrence".

La mairie conteste certaines conclusions du rapport
Ce rapport a été présenté lundi au conseil municipal de Rennes, qui en a pris note, ainsi que de la réponse de la mairie qui conteste la plupart des conclusions de la CRC. La maire PS de la ville, Nathalie Appéré reconnaît que les frais de mission de l'encadrement pourraient être "mieux maîtrisés". Mais elle fait valoir aussi que ces frais sont générés notamment par les tournées organisées par le TNB en dehors de Rennes.

Si le TNB accueille en moyenne plus de 100.000 spectateurs par an à Rennes, les spectacles qu'il gère ou coproduit en ont attiré plus de 330.000 en 2012, comme le reconnaît la Chambre des comptes.

Les élus du Parti de gauche réclament la démission du directeur
Au Conseil municipal, les deux élus du Parti de gauche ont réclamé la démission de François Le Pillouër, estimant qu'il "ne peut être toléré que des structures bénéficiant de fonds publics soient confiées à des personnes aussi peu scrupuleuses de l'utilisation de ces fonds". Le directeur du théâtre est président du Syndeac, le Syndicat national pour les entreprises artistiques et culturelles.