Le Théâtre éphémère de la Comédie-Française déménage en Libye

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/12/2013 à 18H00
Le Théâtre Ephémère tout en bois de la Comédie-Française.

Le Théâtre Ephémère tout en bois de la Comédie-Française.

© PHOTOPQR/LE PARISIEN

La Comédie-Française a vendu au gouvernement libyen son Théâtre éphémère, une structure de bois construite en janvier 2012 dans les jardins du Palais-Royal pour remplacer temporairement la salle Richelieu alors en travaux

La Comédie-Française vient de signer avec M. El-Habib Al-Amin, ministre de la Cultureet de la Société civile du gouvernement libyen, la vente du Théâtre éphémère. Cette signature a eu lieu à Tripoli le mercredi 18 décembre 2013. 
 
Le communiqué du Français se félicite de cette vente "qui ouvre la voie à des rapprochements et de futures collaborations entre la maison de Molière et le monde culturel et artistique libyen". La Comédie-Française salue par ailleurs "les encouragements apportés à cet accord par M. Antoine Sivan, ambassadeur de France en Libye".
Le Théâtre éphémère, d'un coût voisin de 4 millions, a permis à la Comédie-Française de continuer son activité pendant l'année des travaux. Il a fermé en mars 2013, trois mois après la réouverture de la salle Richelieu rénovée. Depuis, la vente tardait à se concrétiser, laissant craindre un enlisement.  
Cette vente était même devenue une épine dans le soulier de la maison de Molière. Les quelques villes comme Dijon, Metz-Thionville, Pau-Tarbes, Ajaccio ou Gap, qui avaient manifesté leur intérêt, s'étant vite retractées.

Car si le prix de cette salle de spectacle, d'une jauge modulable de 600 a 766 fauteuils, était raisonnable, il fallait y ajouter le prix de la construction de loges et de salles de répétition. Devant ces dépenses supplémentaires à engager, les municipalités françaises ont fini par se décourager.