Le Théâtre de la Cité internationale en danger

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/10/2015 à 18H25
Une répétition du spectacle "L'Été en apesanteur" de Kitsou Dubois et Fantasio, au Théâtre de la Cité internationale, en juillet 2012

Une répétition du spectacle "L'Été en apesanteur" de Kitsou Dubois et Fantasio, au Théâtre de la Cité internationale, en juillet 2012

© Raymond Delalande / Sipa

Sans directeur depuis un an, le Théâtre de la Cité internationale est menacé par une baisse de subventions drastique, s'alarment ses deux anciennes directrices dans une lettre aux ministres de la Culture et de l'Education, demandant la nomination d'un médiateur.

Ce théâtre, qui attire "un public jeune et mélangé", "doit pouvoir continuer à vivre et à maintenir ses missions", soulignent Nicole Gautier, directrice de 1991 à 2008, et Pascale Henrot (2008-2014) dans cette lettre parvenue à l'AFP.

Des divergences entre les financeurs

Le théâtre, consacré à la création et aux jeunes compagnies émergentes, est victime de divergences entre ses principaux financeurs, la Fondation de la Cité Internationale universitaire de Paris, l'Etat, la ville de Paris et la région. La situation s'est bloquée après le départ de Pascale Henrot en mai 2014 pour l'Office national de diffusion artistique (Onda).

La Fondation de la Cité U n'a lancé aucun appel d'offres pour la remplacer et a fait part de son intention de baisser de moitié sa dotation de 880.000 euros. Ni le ministère (1,3 million d'euros,) ni la mairie, ni la ville ne souhaitent compenser la baisse programmée.

L'incertitude dans laquelle se trouve le théâtre est d'autant plus dommageable que d'importantes sommes ont été consenties pour mettre à niveau ses trois salles, rouvertes en 2004 après deux ans et demi de travaux, font valoir les deux ex-directrices.

Soit "plus de 3 millions pour le ministère de la Culture, 1,5 million de la part du Conseil régional et de la Ville de Paris et 1,9 million de la part de la Cité internationale", rappellent-elles dans leur lettre. "Cet équipement est aujourd'hui en parfait état de marche."

Des partenaires historiques pourraient jeter l'éponge

"L'équipe du théâtre continue de le faire fonctionner sans direction mais a besoin, de manière urgente, d'un signe de soutien de la part de ses tutelles, faute que quoi les partenaires historiques comme le Festival d'Automne, le Théâtre de la Ville, la Fondation d'entreprise Hermès (...) risquent de s'éloigner rapidement", mettent-elles en garde.

Au ministère de la Culture, on se dit "très attentif" au maintien de cette "activité de création et d'émergence à la Cité Universitaire", sans être pour autant prêt à compenser le désengagement de la Fondation. Un conseil d'administration est prévu le 23 octobre.