Le spectacle d'ouverture du Printemps des comédiens annulé par les intermittents

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/06/2014 à 18H10
Un intermittent du spectacle manifeste lundi 2 juin 2014 contre la réforme du régime à la soirée des Molières

Un intermittent du spectacle manifeste lundi 2 juin 2014 contre la réforme du régime à la soirée des Molières

© CITIZENSIDE/YANN KORBI / citizenside.com

Le spectacle d'ouverture du 28e Printemps des comédiens, grand festival de théâtre de Montpellier, est annulé pour cause de grève des intermittents contre la nouvelle convention d'assurance chômage.

La pièce "Vader" (père), mise en scène par Franck Chartier, ne se jouera pas mardi et mercredi, ont annoncé les organisateurs sur le site internet du festival.
Ces derniers expriment leur "solidarité avec les professionnels artistes et techniciens du spectacle vivant qui dénoncent les derniers accords de l'Unedic". "Cette réforme ajoute de la précarité à la précarité et menace à terme l'existence même de certains acteurs du secteur de la création", déplorent-ils.
Reportage: Laurent Beaumel, Thierry Will, Florence Paul-Paslier, Jean-Pierre Marin
La CGT avait adressé lundi un ultimatum aux pouvoirs publics, demandant de "ne pas agréer l'accord du 22 mars" qui "n'apparaît pas à la hauteur d'une réforme progressiste et ambitieuse de l'intermittence". "Aujourd'hui, 3 juin 2014, sans réponse de la part du gouvernement, le Printemps des Comédiens, premier festival estival, est en grève", reconductible, a annoncé le syndicat dans un communiqué.
La nouvelle convention d'assurance chômage instaure un système de "droits rechargeables" mais durcit le régime des intermittents et des cadres. Transcription de l'accord conclu le 22 mars par trois centrales (CFDT, FO, CFTC) et les employeurs (Medef, CGPME, UPA), elle doit entrer en vigueur le 1er juillet après avoir obtenu l'agrément du ministère du Travail.
Les intermittents, fortement mobilisés au printemps, réclament la réouverture de négociations sur la base des propositions du comité de suivi rassemblant des représentants des intermittents, des entreprises du spectacle et des parlementaires. 

Lundi soir lors de la soirée des Molières aux Folies Bergères, le comédien Nicolas Bouchaud se fait porte-parole des intermittents 
Appel à manifester
La CGT-Spectacle a appelé mardi à manifester le 16 juin en province et à Paris, place du Palais Royal, ainsi que le 12 juillet à Avignon pendant le festival contre la baisse des budgets de la culture et la réforme du régime des intermittents.
"Nous appelons l'ensemble des salariés et auteurs à manifester et à voter la grève le 16 juin à l'occasion du Conseil national des professions du spectacle", indique le syndicat dans un communiqué.
Le 26 juin, la CGT Spectacle se joindra également aux manifestations interprofessionnelles à l'appel de la confédération "pour un changement radical de politique et contre l'extrême droite".
En outre, elle prévoit "des actions au moment des festivals d'été avec notamment une assemblée générale du In et du Off en Avignon le 9 juillet et un appel à la grève et à la manifestation le 12 juillet". Le syndicat est en pointe dans le combat des intermittents contre l'agrément par le gouvernement de la nouvelle convention d'assurance chômage, qui durcit le régime spécifique dont ils bénéficient.
Les intermittents contestent ce texte qui ne reprend aucune de leurs propositions et impose de nouvelles économies. "Nous interpellons le ministre du Travail pour qu'il renonce à agréer une convention Unedic illégitime parce que négociée déloyalement et parce qu'elle fait peser deux milliards d'économies sur le dos des chômeurs sur 3 ans, soit environ 10% de baisses d'allocation", souligne le syndicat.
Lundi soir, lors de la cérémonie des Molières, les intermittents ont décerné un "Molière de la trahison" au ministre du Travail François Rebsamen, qui avait soutenu leurs propositions avant d'être nommé à son poste.
Lors de la conférence de presse du "Off" d'Avignon il y a une semaine, les intermittents avaient annoncé qu'ils interrompraient les spectacles où seraient présents des ministres cet été dans les festivals.