"Le Scoop" : quand le théâtre se paye les journalistes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/09/2012 à 16H31
De et miise en scène de Marc Fayet. Avec Philippe Magnan.
	Théâtre Tristan Bernard. Réservation : 01 45 22 08 40
 
Lire la critique

De et miise en scène de Marc Fayet. Avec Philippe Magnan.
Théâtre Tristan Bernard. Réservation : 01 45 22 08 40
 
Lire la critique

© Claire Besse

Il n’est pas si fréquent que le théâtre puise dans le journalisme sa matière première, Marc Fayet, auteur ("Jacques a dit") et comédien, s’y attaque avec succès, servi par des comédiens de talents dont Philippe Magnan, excellent en vieux reporter cynique et blasé. Une bonne soirée.


La pièce entremêle avec succès comédie policière et réflexions sur les dérives des médias 
"Le Scoop" confronte 3 façons de pratiquer le métier à travers 3 journalistes : un grand reporter respecté qui a couvert les différents conflits du XXe, une vedette de la télé sans scrupules, un débutant- tête brulée, dont on ne sait pas toujours s’il manipule ou s’il est manipulateur. Un secret semble unir les 3 protagonistes

Au travers de courtes scènes, efficaces, il est question de télévision, de chasseurs de scoop, d’internet, d’éthique, de cirque et de lynchage médiatique. Le célèbre grand reporter est victime d’un confrère jaloux qui veut le discréditer.

"Mieux vaut être le premier à se tromper, que le deuxième à dire la vérité"  

« Mieux vaut être le premier à se tromper, que le deuxième à dire la vérité » assène avec suffisance le rédacteur en chef ! Marc Fayet fait mouche lorsqu'il dénonce l'accélération de l'info, la concurrence effrénée entre les médias et les erreurs qui en découlent.

Scène cruciale : lorsque le jeune blanc bec débarque chez le grand reporter qui a roulé sa bosse sur tous les terrains de guerre, c'est pour lui demander quel est son meilleur souvenir ! Petite gêne des journalistes que nous sommes. Certe l'auteur force le trait, mais tout de même. Combien d'interviews radios ou télévisés surfent sur l'écume de l'info, vide d'intérêt. Quand l'interview justement reste l'exercice le plus passionnant, le plus difficile aussi du métier de journaliste.

Bien vu également la séquence sur une photo prise à Sarajevo, qui nous rappelle tous les pouvoirs et tous les dangers des images, lorsqu'elles sont sorties de leur contexte.

Marc Fayet égratigne ("internet est le plus court chemin vers la connerie"), mais ne joue pas les donneurs de lecons. Car sa pièce, mêle avec habileté, comédie policière  et réflexions sur les dérives des médias. Un spectacle à prescrire à tous les journalistes qui ne se remettent pas en question et aux autres que l'info passionne.

A la sortie, les réactions d’un grand reporter : Hervé Chabalier


Hervé Chabalier

Hervé Chabalier

© Jacques Demathon/AFP
 Devant le théâtre, Hervé Chabalier attend un taxi, l’occasion est trop belle. Grand reporter s’il en est, fondateur et directeur de l’agence CAPA, principal fournisseur des chaines en reportages, il nous livre ses impressions, sur le vif ! 


« Les grandes lignes sont là : la passion, la concurrence, la fraternité…J’aurai voulu qu’on creuse encore, c’est ma déformation professionnelle. Mais c’est gonflé de s’attaquer au sujet, et puis j’aime bien le vieux reporter, joué par Philippe Magnan… »

« La conclusion dans la bouche de la vedette de la télé est un peu pessimiste: Si vous voulez rester libre ne croyez surtout pas tout ce que je dis. Je ne suis pas d’accord avec cette déclaration trop péremptoire".


Le Scoop de Marc Fayet, mise en scène de l’auteur.
Avec Philippe Magnan, Frédérique Tirmont, Frédéric Van den Driessche, Guillaume Durieux.
Théâtre Tristan Bernard, 64 rue du Rocher, Paris VIIIe
Tèl : 01 45 22 08 40