"Les liaisons dangereuses" de Malkovich : torrides et épatantes !

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/01/2012 à 12H23
La Marquise de Merteuil et le Vicomte de Valmont

La Marquise de Merteuil et le Vicomte de Valmont

© Gaspard Leclerc

C'est une surprise et le bouche à oreille se déchaîne (nous y avons participé !). John Malkovich, inoubliable Valmont dans la version cinéma de Stephen Frears, signe une mise en scène inventive et sensuelle des "Liaisons dangereuses" de Choderlos de Laclos. Ses jeunes comédiens fraîchement diplômés sont formidables. Malko nous offre un tour de magie.

Dès le début, on est envoûtés par ces dix jeunes comédiens sélectionnés sur audition. Avoir trouvé parmi eux une Merteuil et un Valmont de vingt ans, il faut s’appeler Malkovich pour avoir tenté l’aventure.

Elle, Julie Moulier, si pleine de rancœur, de vanité et de perfidie, qu’on lui pardonne son débit de mitraillette. Lui, Yannick Landrein, libertin séduisant, moins pervers que Malkovich en son temps et d’autant plus troublant dans son innocence apparente.

Le Chevalier Danceny et Le Vicomte de Valmont

Le Chevalier Danceny et Le Vicomte de Valmont

© Gaspard Leclerc

Malkovich, le diabolique, mène tout ce petit monde avec une extrême justesse et une extrême sensualité, dans un joli décor à transformation et se jouant de toutes les époques sans que cela choque à aucun moment (Valmont arbore jean, ceinturon et redingote). Quant aux clins d’oeil aux nouvelles technologies, ils sont anecdotiques, mais habilement distillés, ils font sourire et n’altèrent ni le texte, ni le propos.

 

John Malkovich vérifie le costume de Yannik Landrein alias Valmont

John Malkovich vérifie le costume de Yannik Landrein alias Valmont

© Gaspard Leclerc

Magnifiques jeunes comédiens
Le premier acte se termine, le public est embarqué, même si pour l’instant la version proposée est un peu adoucie. Au deuxième acte, le pire est certain. Le public, témoin et voyeur, jusque-là dans la pénombre, est cette fois plongé dans l’obscurité. Lorsque Madame de Tourvel est séduite, que Valmont tombe amoureux et que la Merteuil enrage, ces jeunes comédiens parviennent à se surpasser.

 

La troupe des "Liaisons dangereuses"

La troupe des "Liaisons dangereuses"

© Gaspard Leclerc

Le spectateur est secoué, ému, schotché par la performance et, au final, heureux de constater que le risque paye. Ainsi on se précipitera à ces Liaisons Dangereuses, autant pour le talent du grand Malkovich que pour découvrir de magnifiques jeunes comédiens, dont on souhaite qu’ils entament, une longue liaison (sans danger) avec le public.

 

"Les liaisons dangereuses" mise en scène de John Malkovich, avec Sophie Barjac, Rosa Bursztejn, Jina Djemba, Lazare Herson-Macarel, Mabô Kouyaté, Yannik Landrein, Pauline Moulène, Julie Moulier, Lola Naymark.

 Théâtre de l'Atelier 1 place Charles Dullin, Paris 18e. Location : 01 46 06 49 24. 
Du mardi au samedi à 20 h, matinée samedi et dimanche à 16h