« Le début de la fin » : la double vue de Richard Berry

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/01/2012 à 10H38
Françoise Brion et Richard Berry dans "Le début de la fin"

Françoise Brion et Richard Berry dans "Le début de la fin"

© ETCHEVERRY SVEN/SIPA

C’est l’un des succès de ce début d’année : porté par Richard Berry et Jonathan Lambert, « Le début de la fin » fait un carton au Théâtre des Variétés à Paris, .

Richard Berry, alias Alain Baumann s’ennuie dans son couple. « Tu ne me regardes plus, tu ne désires plus… » lui répète Nathalie, sa jeune et ravissante épouse. Elle n’a pas tort, mais elle n’imagine pas un instant dans quel délire s’est engouffré son mari. Car Monsieur Baumann s’est persuadé que Madame Baumann vieillissait sept fois plus vite que lui. Et le voilà qui essaie de la convaincre qu’elle devient sourde, qu’il serait plus prudent pour elle de s’installer dans une douillette maison de retraite…

Loufoque, cette idée ? Assurément, mais elle fonctionne joliment sur la scène du théâtre des Variétés grâce à une belle astuce de mise en scène : deux comédiennes jouent le rôle de Nathalie. L’une est toute jeune (Pascale Louange), l’autre un peu moins (Françoise Brion). Alain Baumann ne voit plus que la Nathalie de 75 ans… Il est le seul, évidemment. 

Dès lors, la machine à quiproquos est lancée. Arrive un jeune employé de Baumann, emprunté et coincé. Son patron réussit à le convaincre de s’occuper de sa (vieille) femme, pendant qu’il prend l’air. Hervé, d’abord réticent, finit bien sûr par tomber sous le charme de la (jeune) épouse du boss. 

C’est du bon boulevard, sans prétention, avec de jolies répliques qui fusent et des trouvailles. On se bidonne, par exemple, lorsque l’excellent Jonathan Lambert, dans le rôle d’Hervé, s’époumone dans son biniou lorsqu’il est à court d’arguments, piégé par les mensonges à répétition de Baumann. Ecrit par Sébastien Thiéry et mis en scène par Richard Berry, « Le début de la fin » atteint son objectif : nous surprendre et nous amuser avec des ingrédients on ne peut plus classiques (l’usure du couple, la vieillesse, le machisme, l’infidélité,…).

Le début de la fin au Théâtre des Variétés 7, Boulevard Montmartre 75002 PARIS
Avec Richard Berry, Jonathan Lambert, Pascale Louange, Françoise Brion, Anna Gaylor
Jusqu’au 31 mars. Du mardi au vendredi a 20h30 ; les samedis a 17h00 et 21h ; les dimanches a 16h30. Réservation au 01 42 33 09 92