La mort de Kanzaburo Nakamura, gloire du théâtre kabuki

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/12/2012 à 09H14
Kanzaburo Nakamura le 4 juin 2007 à Tokyo

Kanzaburo Nakamura le 4 juin 2007 à Tokyo

© Koji Sasahara / AP / SIPA

Vénéré au Japon, applaudi à l'étranger, l'acteur de kabuki Kanzaburo Nakamura, héritier d'une grande lignée de comédiens, s'est éteint mercredi à l'âge de 57 ans, victime de problèmes respiratoires.

L'annoncé du décès a été faite par la société de production Shochiku. Aussitôt, plusieurs acteurs de kabuki sont allés se recueillir devant le corps du défunt à son domicile, devant lequel des fans se sont rassemblés, selon les images de la chaîne publique NHK.

Kanzaburo Nakamura était le 18e tenant du prénom de scène Kanzaburo de la lignée Nakamura, une des plus illustres du kabuki, forme de théâtre traditionnel japonais où tous les rôles sont tenus par des hommes.

Habitués des planches du Kabuki-za à Tokyo, Kanzaburo XVIII (de son vrai nom Noriaki Namino) avait également ses admirateurs à l'étranger, après des représentations à New York et d'autres grandes cités occidentales.

"Le kabuki est vivant, ce n'est pas une pièce de musée"
"Le kabuki se transmet de génération en génération, mon grand-père était acteur, mon père aussi, mes fils aussi. Ce système n'existe pour ainsi dire pas à l'étranger, n'est-ce pas ? Je crois que la transmission fait intrinsèquement partie de la culture japonaise et j'espère que cette histoire qui nous lie se voit dans nos représentations", déclarait-il en 2010 dans un entretien filmé. Et de souligner : "le kabuki est un théâtre vivant, divertissant, ce n'est pas une pièce de musée."

Pour Kanzaburo, "l'esprit du kabuki c'est tenter de nouvelles choses, car il vaut mieux essayer et échouer que de ne rien faire (...) Je veux faire avec le kabuki ce que les jeunes font avec les mangas, créer et améliorer", disait encore celui qui était passé maître tant dans l'art du "tachiyaku" (rôle principal masculin) que de l'"onnagata" (rôle féminin).

Kanzaburo, qui avait été opéré d'un cancer de l'oesophage en juillet dernier, a souffert par la suite d'une pneumonie puis de complications respiratoires.

Il fut de ceux qui, en 2010, participèrent à la dernière représentation au Kabuki-za, avant la démolition de ce théâtre mythique du centre de la capitale qui est actuellement en cours de reconstruction et doit rouvrir en avril prochain.


Une interview (sous-titrée en anglais), publiée en 2010 sur Youtube : 1re partie


2e partie