La Comédie-Française déménage dans un Théâtre Ephémère en bois

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/01/2012 à 17H48
Le Théâtre Ephémère tout en bois de la Comédie-Française.

Le Théâtre Ephémère tout en bois de la Comédie-Française.

© PHOTOPQR/LE PARISIEN

A partir de mercredi 11 janvier et pour un an, la Comédie-Française prend ses quartiers dans un Théâtre éphémère tout en bois adossé aux colonnades du Palais Royal. Ce "gros lego en bois", situé à deux pas du bâtiment historique, permet de poursuivre les représentations durant les travaux de réhabilitation de la salle Richelieu.

Installé dans la galerie d'Orléans, qui jouxte les colonnes de Buren et sépare le jardin de la cour du Palais-Royal, le Théâtre Ephémère, sorte de lego géant parfaitement écologique, a été construit en quatre mois. Constitué de panneaux de bois clipsés les uns aux autres, très facilement démontable, il occupe 1.200 mètres carrés.

Confort et visibilité des spectateurs préservés
Les spectateurs ne devraient pas s'y sentir lésés. La salle de 750 places (contre 860 auparavant), dont les murs sont en bois clair, s'élève en gradins. Troués de deux allées latérales, les fauteuils de velours rouge, tous de face, offrent une vision optimale.

Les fauteuils sont pliables mais confortables. Des places de strapontins à visibilité parfaite, en bordure des allées, seront vendues 5 euros une heure avant le début des spectacles, selon une tradition de la Comédie-Française perpétuée depuis l'époque de Napoléon. Les trois premières rangées sont démontables et permettent d'installer jusqu'à 20 fauteuils roulants.

Le hall d'accueil du public, peint en rouge et blanc, est agrandi par une mezzanine tandis que de confortables toilettes ont été aménagées dans cette partie du théâtre.

Une pièce de Goldoni pour inaugurer les lieux 
Une partie des personnels devra passer par les sous-sols, qui communiquent avec le bâtiment historique de la Comédie-Française. Des tunnels par lesquels sont déjà passés le système électrique et le chauffage.

Les acteurs, eux, devront passer par l'extérieur pour se rendre au Théâtre Ephémère. A cet effet, l'administratrice générale Muriel Mayette a prévu de leur offrir des doudounes noires frappées du logo blanc "1680", année de fondation de la Comédie-Française.

La scène que les comédiens fouleront mercredi pour la première représentation officielle, est de même dimension que l'originale. Elle sera étrennée par "La Trilogie de la villégiature" de Carlo Goldoni, mise en scène par Alain Françon.

Les gradins du Théâtre Ephémère de la Comédie-Française

Les gradins du Théâtre Ephémère de la Comédie-Française

© Bertrand Guay - AFP

Les raisons de ce déménagement provisoire
"On a fait pousser un théâtre dans le jardin du Palais-Royal", s'émerveille Murielle Mayette. "S'il n'y avait pas eu ça, les deux tiers des équipes auraient été au chômage technique" pendant les travaux, ajoute-t-elle.

La construction du Théâtre Ephémère a coûté 3,5 millions d'euros. "On le démontera aussi simplement qu'on l'a monté", avant de le vendre à une autre institution pour environ deux millions d'euros, précise Muriel Mayette.

Les travaux prévus dans le bâtiment traditionnel de la Comédie-Française, classé monument historique, concernent notamment le remplacement des centrales de traitement d'air et les tours aéro-réfrigérantes, trop énergivores.  Financés par l'Etat, ils coûteront 12,6 millions d'euros, construction du Théâtre Ephémère comprise.