La Cerisaie de Tchekhov au théâtre de la Colline à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/04/2009 à 10H48
La Cerisaie de Tchekhov au théâtre de la Colline à Paris

La Cerisaie de Tchekhov au théâtre de la Colline à Paris

© Culturebox

Alain Françon fait ses adieux au Théâtre National de la Colline avec l'ultime pièce de Tchekhov, La Cerisaie. Une mise en scène élégante et intelligente à découvrir jusqu'au 10 mai 2009.
C'est la dernière pièce que monte Alain Françon à la Colline, théâtre qu'il aura dirigé pendant douze ans et qu'il quitte par la grande porte avec cette sublime        « Cerisaie ». Il a choisi la dernière pièce de Tchekhov car elle symbolise à elle seule l'adieu. Adieu à la maison de l'enfance et à son jardin (la cerisaie, en russe c'est « le jardin des cerises »), à un monde qui disparaît, à une époque qui s'achève, et même à la vie. C'est l'ultime pièce d'un Tchekhov déjà malade qui, seul à Yalta, écrit son chef d'oeuvre dans une maison dont il a aménagé le jardin.
Au théâtre de la Colline la scénographie reprend, acte par acte, celle de la création à Moscou, il y a plus d'un siècle. Le livret distribué aux spectateurs contient quatre photos de la mise en scène de Stanislavski. C'est un geste d'une grande humilité de la part de Françon. Il reconnait là le talent et la poésie de la mise en scène de
Giorgio Strehler ou de Matthias Langhoff qui ont l'un et l'autre signé une version inoubliable de "La Cerisaie".
 
A lire également l'article sur france3.fr