"Knock ou le triomphe de la médecine" mise en scène par Olivier Mellor

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/12/2010 à 10H10
"Knock ou le triomphe de la médecine" mise en scène par Olivier Mellor

"Knock ou le triomphe de la médecine" mise en scène par Olivier Mellor

© Culturebox

La pièce de théâtre "Knock ou le triomphe de la médecine" de Jules Romains a été adaptée plus d'une fois au théâtre et même au cinéma. Cette fois-ci, Olivier Mellor s'en empare pour la revisiter. C'est une version largement dépoussiérée au ton très moderne que les spectateurs ont découvert le 30 novembre 2010 au Centre Adalhard de Corbie avant une série de représentations du 14 au 16 décembre 2010 à la Comédie de Picardie à Amiens. 

"Tout bien portant est un malade qui s'ignore". C'est en faisant admettre ce postulat que le docteur Knock réussit à mettre tout un village sous traitement. Un médecin cupide et manipulateur dont personne ne se méfie. Une confiance aveugle qui frôle le ridicule. Et c'est bien de là que part l'intrigue. Une comédie écrite en 1923, alors que l'emprise de la publicité intensive commence à gagner l'Europe. Et c'est un peu ce que dénonce Jules Romains. Il choisit d'appliquer ces méthodes de vente à la médecine, et forcément des situations cocasses se mettent en place. Lors des premières représentations de la pièce à Paris, Louis Jouvet signe la mise en scène, les décors et interprète même le rôle principal. En 1933, il la porte à l'écran avec Roger Goupillières, et là encore, il joue le rôle du docteur. Un rôle sur mesure pour ce grand acteur à l'air grave et cynique. Car c'est bien de cynisme qu'il s'agit dans cette pièce. Louis Jouvet mettra tout son talent à interpréter Knock et contribuera largement à populariser le personnage. Un personnage qu'il reprendra en 1951 dans une nouvelle version cinématographique de Guy Lefranc. Cette fois-ci, Jouvet en assurera la direction artistique. Autant dire que ce rôle lui collera à la peau. Bizarre... Comme c'est bizarre...

- > A voir aussi sur Culturebox
>>
"Il-faut-je-ne-veux-pas"-une-double-pièce-de-Jean-Marie-Besset-au-théâtre-des-Treize-Vents
>> Lettres-à-Genica-folies-d'amour-Carole-Bouquet-lit-Antonin-Artaud-au-théâtre-de-l'atelier
>> Guillaume-Gallienne-se-livre-dans-"les-garcons-et-Guillaume-à-table"