Jeanne d'Arc, nouvelle héroïne du théâtre Nô à Orléans

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/05/2012 à 15H09
La troupe de Maître Tanshu Kano et sa Jeanne d'Arc

La troupe de Maître Tanshu Kano et sa Jeanne d'Arc

© France3 / Culturebox

A l'occasion du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d'Arc, le théâtre Nô s'est emparé de la vie de la pucelle d'Orléans dans une pièce qui retrace son parcours. Présentée le 5 mai au Théâtre d'Orléans et jouée par une troupe japonaise, cette création unique qui mêle musique, danse, chant et théâtre, apporte un regard artistique nouveau sur l'icône française.

Il aura fallu cinq ans de travail pour que cette Jeanne d'Arc version théâtre Nô voit le jour. Tout a commencé en 2007 quand l'une des figures du théâtre traditionnel japonais, Tanshu Kano, vient à Orléans  pour participer à une master-class. Il se promet alors de consacrer une pièce à Jeanne d'Arc. C'est un événement car c'est la première fois dans l'histoire du Nô qu'une figure occidentale est au centre d'une pièce. Cela a même représenté une difficulté pour Tanshu Kano qui avoue s'être inspiré de l'oratorio (une oeuvre dramatique présentée sans mise en scène) "Jeanne d'Arc au bûcher", créé en 1935 par Arthur Honegger sur un texte de Paul Claudel (à l'époque, cet ancien ambassadeur au Japon s'était lui-même inspiré du théâtre nô...la boucle est bouclée).

Tout en respectant les codes du Nô, le metteur en scène Thoziro Yamamoto s'est aussi adapté. Un masque blanc a été spécialement créé : " Pour faire moins japonais, sans être trop occidental, le masque a des cheveux châtains et un nez moins plat que les masques traditionnels". Mais, comme le veut la tradition dans le théâtre No où les personnages, y compris féminins, sont joués  exclusivement  des hommes, c'est le fils de Tanshu Kano, Ryoichi, âgé de 45 ans, qui a interprété Jeanne d'Arc.

 

Jeanne d'Arc, une icône pour le Japon

Si la pucelle d'Orléans fait son entrée dans le théâtre Nô, elle est par ailleurs déjà très populaire au Japon où elle symbolise l'action, la bravoure et la liberté. Ainsi, à l'instar de Marie-Antoinette, Jeanne d'Arc est l'héroïne de plusieurs mangas. Le phénomène n'est pas nouveau. En 1995 déjà, trois mangas différents lui étaient consacrés. En 2003 et 2004, quatre volumes signés Yoshikazu Yasuhiko sont sortis, intitulés sobrement "Jeanne". Deux autres albums d'auteurs différents sont parus en 2011, tous deux dédiés à Jeanne d'Arc qui est aussi devenue le personnage central d'un jeu vidéo de rôle pour console de poche. 

 

Jeanne d'Arc vu par Yoshikazu Yasuhiko

Jeanne d'Arc vu par Yoshikazu Yasuhiko

© Yoshikazu Yasuhiko / Ed. Tonkam

 

Jeanne d'Arc version jeux vidéo

Jeanne d'Arc version jeux vidéo

© DR

Elle a également inspiré un groupe de rock composé de cinq garçons qui ont baptisé leur formation Janne Da Arc, hommage à son énergie et à son esprit rebelle finalement très "rock". En 2010, c'est Akira Shirai, par ailleurs réalisateur pour le cinéma, qui lui a consacré une mise en scène avec Mari Horikita, une actrice très populaire au Japon. Le spectacle rencontra un très grand succès  Moins culturel, c'est aussi un restaurateur japonais proposant de la cuisine française qui a donné le nom de la jeune guerrière à son établissement situé à Tokyo. Pour justifier cet engouement, Juro Nagata, un journaliste politique japonais, explique que le pays et notamment les hommes qui le dirige, n'arrive pas à sortir du bourbier économique et moral. Il espère "une sainte comme Jeanne d'Arc, une femme qui fasse des miracles". Si c'est effectivement l'image que renvoie notre pucelle d'Orléans, autant dire que dans le monde actuel, elle n'a pas fini de susciter de l'admiration.

 

"Jeanne d'Arc en Théâtre Nô" par Maître Kano et sa troupe, les 7et 8 mai à 15h au Jardin d'Acclimatation à Paris et le 9 mai à 20h au théâtre de nô kano à Aix-en-Provence