Golgota Picnic, suite: Jean-Michel Ribes agressé à Nancy

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/03/2012 à 13H50
Jean-Michel Ribes devant le Théâtre du Rond-Point, le 8 décembre 2011

Jean-Michel Ribes devant le Théâtre du Rond-Point, le 8 décembre 2011

© Jérôme Mars / JDD / SIPA

Jean-Michel Ribes a été agressé mardi soir à Nancy par deux hommes se réclamant de l’intégrisme catholique. L’auteur, metteur en scène et directeur du Théâtre du Rond-Point à Paris avait accueilli en décembre dans son établissement une pièce dénoncée par les traditionalistes, « Golgota Picnic »

Jean-Michel Ribes n’a pas été blessé mais est « particulièrement choqué », indique dans un communiqué l’Opéra national de Lorraine, où il présente cette semaine son spectacle « René l’énervé ».

"Mardi soir, à 20h30, devant l'Opéra, place Stanislas, deux jeunes hommes ont surgi, lui ont pris son chapeau et lui ont jeté une assiette remplie d'excréments et de tracts", a expliqué une porte-parole de l'institution lyrique lorraine. Les tracts se réclamaient « de l’intégrisme catholique », a-t-elle précisé. Les auteurs ont réussi à prendre la fuite.

"L'Opéra national de Lorraine condamne cette agression et cette tentative d'intimidation qui visent l'intégrité physique d'une personne, qui portent  atteinte à la liberté d'expression et qui veulent remettre en cause le principe de laïcité d'un service public de la République française", ont déclaré les président et directeur de l’institution, Laurent Hénart, par ailleurs secrétaire général du Parti radical, et Laurent Spielmann.

En décembre, Jean-Michel Ribes avait fait l’objet de menaces lors des représentations au Rond-Point du spectacle « Golgota Picnic » de Rodrigo Garcia.

De nombreuses manifestations avaient eu lieu devant le théâtre pour protester contre la pièce, jugée « cathophobe » par les intégristes. Ils dénonçaient une lecture provocante des Evangiles, une scène de crucifixion trash et une peinture du Christ en « putain du diable ».