Gérald Dahan : "Les politiques ont tellement de défauts qu’ils en deviennent attachants"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/02/2015 à 16H40
Gérald Dahan

Gérald Dahan

© France 2

L’humoriste aux 500 canulars est au théâtre Montparnasse jusqu’au 15 mars. Il y reprend certains de ses appels et laisse le public libre de choisir des chansons et les imitations qui vont avec. Il était l’invité des "Cinq dernières minutes" du Journal de 13 heures de France 2

"Gérald Dahan tombe les masques", c’est le titre du spectacle que l’imitateur présente jusqu’au 15 mars au théâtre Montparnasse à Paris en même temps que sort le livre au titre éponyme dans lequel il dévoile les secrets de ses canulars. 
Théâtre Montparnasse jusq'au 5 mai

Théâtre Montparnasse jusq'au 5 mai

© France 2
Gérald Dahan, c’est l’homme aux 500 canulars téléphoniques. Le plus célèbre reste celui dans lequel il a, imitant la voix de Jacques Chirac alors président de la République, demandé à l’équipe de France de foot de chanter la Marseillaise la main sur le cœur.
François Hollande rejoint le spectacle... © France 2
Si ses imitations font le plus souvent rire mais conduisent parfois à des situations embarrassantes pour ses victimes, elles peuvent aussi lui valoir de très solides inimitiés comme celle apparemment sans espoir d’absolution de Ségolène Royal ou de Nadine Morano. "Il y a des ennemis qui se méritent" dit Gérald Dahan qui n’imite pas les femmes. Ce qui explique aussi pourquoi on n‘entendra pas Marine Le Pen qu’il n’apprécie guère.

"La Ferrari et la Kangoo"
L'imitation de Nicolas Sarkozy, un must de Gérald Dahan

L'imitation de Nicolas Sarkozy, un must de Gérald Dahan

© France 2
Bien entendu dans son spectacle, lui qui adore les politiques, il fait aussi bien appel à Nicolas Sarkozy qu’il imite à la perfection qu’à François Hollande. "Passer de l’un à l’autre, c’est passer d’une Ferrari à une Kangoo question rythme" estime-t-il… 
Homme de scène, Gérald Dahan a vécu comme une frustration tous ses canulars parce qu’il n’avait pas le retour du public. "Je ne sais pas à quel moment les gens rient". 

"Gérald Dahan tombe les masques" est aussi un spectacle interactif. Avec Julien Bourel, son pianiste, il propose des chansons au public qui choisit celles qu’il veut. L’imitateur les interprète avec la voix des chanteurs d’origine ou d’autres personnalités, son catalogue est vaste.
Avec Julien Bourel au piano

Avec Julien Bourel au piano

© France 2
"Gérald Dahan tombe les masques » au Théâtre Montparnasse
31 Rue de la Gaieté, Paris XIVe
Du mardi au samedi à 21h

Réservation : 01 43 22 77 30