Florian Zeller : "Avec Robert Hirsch, on touche à la magie absolue du théâtre"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/10/2016 à 17H56
André (Robert Hirsch) et Madeleine (Isabelle Sadoyan), un couple au crépuscule de son existence.

André (Robert Hirsch) et Madeleine (Isabelle Sadoyan), un couple au crépuscule de son existence.

© France 3 / Culturebox

A 91 ans, Robert Hirsch remonte sur scène. Dans "Avant de s’envoler" au théâtre de l’Œuvre, le comédien incarne un vieil homme confronté aux angoisses du grand âge. L’auteur de la pièce, Florian Zeller est venu parler du rôle et de cet acteur exceptionnel sur le plateau de France 3 Paris-Ile de-France.

Florian Zeller est ce que l’on appelle un auteur à succès. Que ce soit ses romans ou ses pièces, tout ce qu’il touche se transforme en or. "Avant de s’envoler" ne devrait pas faire exception à la règle. D’abord parce que l’histoire de ce très vieux couple confronté aux angoisses de la fin de vie est un sujet qui touche tout le monde. Ensuite parce que Ladislas Chollat qui met en scène la pièce, est lui aussi un golden boy du théâtre. Enfin et peut-être surtout, parce que le grand Robert Hirsch est de la partie.
Robert Hirsch dans "Le Père".

Robert Hirsch dans "Le Père".

© Dugit / Photopqr / Le Parisien
"Dès qu’il apparait sur scène, quelque chose se passe". Florian Zeller a déjà travaillé avec le comédien dans "Le père" en 2012. Un triomphe absolu qui a valu à la pièce d’être traduite et jouée dans de nombreux pays. L’auteur a vu certaines de ces adaptations, avec à chaque fois dans le rôle d’André, un grand acteur. Mais pour lui, personne n’est à la hauteur de Robert Hirsch. "C’est à la fois un tragédien déchirant et un clown magnifique. Il apporte sa vitalité à la pièce". Car "Avant de s’envoler" parle d’un sujet grave, celui de la vieillesse et de la peur de l’abandon, mais aussi d’amour et de tendresse.

C’est l’image d’un couple de "petits vieux" aperçus un jour dans la rue qui lui a inspiré la pièce. "Accrochés l’un à l’autre, ils semblaient presqu’indissociables l’un de l’autre. Une image de l’amour où le fait d’exister sans l’autre semble inconcevable".