Fin du feuilleton au théâtre de Nice, Irina Brook met tout le monde d'accord

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/10/2013 à 17H29
Irina Brook © Anne-Christine Poujoulat/aFP

La succession de Daniel Benoin à la tête du Centre dramatique national de Nice aura fait bien des vagues cet été. Aurélie Filippetti et Christian Estrosi, en accord avec Éric Ciotti, le président du Conseil général des Alpes-Maritimes et Michel Vauzelle, président du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur se sont finalement mis d’accord sur le nom d’Irina Brook.

La nomination d'Irina Brook, met fin à plusieurs mois de guérilla du maire de Nice Christian Estrosi contre la volonté du ministère de remplacer le directeur sortant, Daniel Benoin, candidat à un cinquième mandat.

Le maire de Nice prônait un tandem entre M. Benoin, à la tête du TNN depuis 2002 et la comédienne et réalisatrice Zabou Breitman, mais cette candidature avait été refusée par la ministre, M. Benoin étant allé "au bout de ses mandats".
 
Reportage: M. Morin, B. Mariani
Trois prétendants
Irina Brook a été choisie parmi une liste restreinte, où figuraient également Frédéric Bélier-Garcia (fils de l'actrice Nicole Garcia) qui dirige le Nouveau théâtre d'Angers Centre depuis 2007, et un duo formé par l'acteur Simon Abkarian (un ancien du théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine) et Ariel Goldenberg qui a, par le passé, dirigé le Théâtre national de Chaillot (2000-2008).
Un projet ouvert sur des collaborations internationales de haut niveau
"Irina Brook, 50 ans, a proposé un projet ouvert sur des collaborations internationales de haut niveau", a précisé le ministère. Elle succèdera à Daniel Benoin au 1er janvier 2014. Cette franco-britannique, fille de Peter Brook, a déjà l'expérience de diriger une compagnie. Actrice et metteur en scène ses auteurs de prédilection sont Shakespeare, Marivaux, Homère.

Menace d'Aurélie Filippetti
Le maire de Nice Christian Estrosi avait laissé entendre dans Le Monde daté de jeudi qu'il était prêt au compromis: "Dépassionnons tout cela; il va bien falloir que l'histoire s'achève", avait-il dit au quotidien du soir.

La menace ministérielle de retirer le label de "Centre dramatique national" au TNN, signifiant la fin de la subvention d'Etat, a sans doute pesé dans la balance.

Le ministère de la Culture est engagé dans une vaste opération de renouvellement des directions des 34 Centres dramatiques nationaux, un tiers environ des mandats arrivant à échéance. Aurélie Filippetti a plusieurs fois souligné qu'elle entendait en profiter pour rajeunir et féminiser les directions.

Outre les nominations déjà tranchées, le ministère de la Culture doit décider dans les mois qui viennent du sort du théâtre de Tours, de la Comédie de Béthune, du théâtre de Nanterre-Amandiers , du Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis et du Théâtre des 13 Vents à Montpellier, où la non-reconduction de Jean-Marie Besset a aussi fait des vagues.