Festival Ré-Génération, la création jeune public tous azimuts à Lyon

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/01/2014 à 16H46
« Ssst ! » par la Compagnie Florschütz et Dönhert (Berlin)

« Ssst ! » par la Compagnie Florschütz et Dönhert (Berlin)

© France 3 Culturebox

Depuis le 11 janvier, la 8ème édition du Festival Ré-Génération bat son plein au TNG à Lyon. Onze compagnies venues de France, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne et du Québec se succèdent jusqu’au 17 janvier. Des troupes émergentes, avec un langage théâtral différent et qui trouvent à Lyon un public avide de découvertes.

En 2006, le Festival Ré-Génération a ouvert ses portes avec 2 pays, 7 compagnies, 11 représentations et 890 spectateurs. Huit éditions plus tard, tout a grandi : le nombre de pays (5), de compagnies (11) et de spectateurs (près de 3500 !). 
Teaser Festival Ré-Génération
Le succès du Festival doit beaucoup à la diversité et la qualité des spectacles présentés. Théâtre à texte, musical, d’objets, marionnettes, danse, cirque...Il y en a pour tous les goûts à l'image des deux spectacles présentés lors du week-end d’ouverture  : « Après grand c’est comment ? » présenté par le Collectif 7 (Saint-Etienne) jouait sur les décors, la lumière, la musique et l’intervention d’une artiste en direct, alors que « Ssst ! » de la Compagnie Florschütz et Dönhert (Berlin) était davantage tourné vers un théâtre d’objets, avec peu de textes.

Reportage : Sylvie Adam, Valérie Benais, Mathias Rifkiss, Dominique Dumas
C'est Annick Bajard, la conseillère artistique qui va à la pêche aux spectacles. Avec quelques "contraintes" : ne choisir que des compagnies françaises, italiennes, espagnoles, allemandes et québécoises ; s’adresser aux tout petits à partir de trois ans jusqu’aux plus grands. A part ça, elle est libre et fonctionne beaucoup "au coup de cœur". Elle sait aussi que le public de Ré-Génération est devenu connaisseur : "Les gens savent quel type de spectacles ils viennent voir, à savoir ceux de compagnies émergentes. Ils aiment ce côté découverte".

Cette année par exemple, Ré-Génération présente " Notre Quichotte" de la Compagnie française Les Yeux Grands ouverts (14 janvier à 19h30), une création qui n’a jamais été présentée ailleurs. "Pour nous, c’est un risque, mais c’est notre rôle d’aider, de soutenir ces jeunes compagnies. Et puis, ce risque est inhérent à la création et il existe même avec des compagnies connues" insiste Annick Bajard.
"Notre Quichotte" - Compagnie Les Yeux Grands ouverts 

"Notre Quichotte" - Compagnie Les Yeux Grands ouverts 

© Dorothée Tournour
"Ode à la vie", parler d'amour avec légèreté et sans parole

Un coup de coeur, on a eu un, avec "Ode à la vie" de la compagnie italienne Rodisio. Un couple de petits vieux, cheveux blanc, tout courbés mais très alertes installent le décor de leur vie quotidienne : un panneau figure le mur de leur salon où ils accrochent des bribes de leur vie (une photo, un éventail, une lampe). Dans ce décor banal, ils vont faire des choses très simples mais aussi très "folles", de cette folie qui rime avec fantaisie et fête.
Davide Doro et Manuela Capece dans "Ode à la vie" de la Cie Rodisio 

Davide Doro et Manuela Capece dans "Ode à la vie" de la Cie Rodisio 

© Stefano Vaja
Une pluie de confettis, des fleurs en papiers, quelques lampions et les voilà qui se font leur spectacle, avec trois fois rien. Une façon de montrer comment la tendresse se construit, malgré les jours qui passent et les habitudes, et comment chacun, en gardant une part de folie et d'enfance, peut enchanter sa vie. Et tout ça, sans prononcer quasiment un mot. Chapeau.

Ode à la vie par la compagnie Rodisio
Spectacle "Ode à la vie" - Compagnie Rodisio

Une vraie demande pour les spectacles jeune public

Le succès du Festival prouve qu’il y a une demande pour ce type de spectacles, et ce malgré la crise. Un optimisme tempéré par Annick Bajard :" Oui, ça marche, le public est au rendez-vous mais c’est aussi dur pour nous que pour les autres. Il y a dix ans,  c’était plus facile : les gens s’abonnaient, il y avait une grosse demande tout de suite. Aujourd’hui, le public ne s’engage pas, il vient souvent à la dernière minute et on a toujours une petite angoisse !".

Retrouver l'émotion du théâtre

Malgré tout, il y a quelque chose de très rassurant quand on assiste à un spectacle de Ré-génération : c'est de voir qu'à une époque où les écrans et autres tablettes sont très présents dans la vie des plus jeunes, ils sont capables de rire et de s'émerveiller devant des spectacles très simples, sans effets spéciaux, ni 3D. Un constat valable pour les adultes.
Pour Annick Bajard, c'est aussi ça le rôle du Festival, "montrer que le théâtre, c'est essentiel surtout en cette période où l’image est reine…Aller au théâtre, c’est découvrir  un texte, des artistes sur scène, en chair et en os. Et c’est aussi retrouver l’émotion".

"Ode à la vie " par la Cie Rodisio le 14 janvier à 18h
"Notre Quichotte" par la Cie Les yeux grands ouverts le 14 janvier à 19h30
Et tous les autres spectacles à découvrir sur le site du TNG