Festival Printemps d'Europe à Lyon: le théâtre comme ciment européen

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/05/2012 à 17H58
la troupe franco-grecque "Pays Natal" en ouverture du festival

la troupe franco-grecque "Pays Natal" en ouverture du festival

© Agnes Mellon

L'échange, la rencontre culturelle, l'hospitalité...Ce sont les valeurs fondatrices de ce festival théâtral qui s'ouvre à Lyon. Pour sa 5e édition, il fait aussi de la question de la démocratie et de la dignité humaine son fil rouge. Ce n'est donc pas un hasard si la troupe franco-grecque "Pays Natal" ouvre les festivités ce mercredi 23 mai.

Cette compagnie raconte le quotidien de citoyens grecs dans le pays où est née la démocratie, mais où cette dernière est aujourd'hui mise à mal. Dans le contexte d'une actualité brûlante, le spectacle propose un regard décalé sur la crise. Ce sujet ô combien anxyogène est abordé ici avec un mélange de légèreté, d'humanité et de gravité. De quoi faire écho à nos propres appréhensions, et bousculer les idées reçues.

 

Les 4 acteurs, grecs et français, invités sont issus du Théâtre Liberté à Toulon. Un théâtre co-dirigé par Charles Berling. Le comédien (qui a lui même sélectionné le quatuor sur scène) a accepté d'être le parrain de Printemps d'Europe 2012. 

Charles Berling, artiste aux multiples talents : acteur, réalisateur, scénariste, directeur de théâtre...

Charles Berling, artiste aux multiples talents : acteur, réalisateur, scénariste, directeur de théâtre...

© R. Aujard

 

A peine de retour de Cannes, le comédien français de 54 ans a tenu à s'investir dans ce festival pour mettre en exergue les questions culturelles européennes. Sujet capital selon lui mais trop souvent occulté par les considérations purement économiques. Il s'en remet à son expérience personnelle : "Etant très mauvais élève, la culture m'a moi même sauvé d'une violence certaine, en me donnant les moyens de mieux comprendre les autres". 

Pour Charles Berling, la culture est le meilleur rempart contre la barbarie, car elle contribue à nous civiliser. 

 

Diversité culturelle et réalité politique 

Fondé par l'association Europe et Cies, l'événement se décline sous 4 formes : la fête dans l'espace public, les spectacles (17 au total jusqu'au 2 juin), les débats et les stages. Objectif : donner toute sa place à la culture dans notre quotidien, montrer qu'elle est garante d'un socle de valeurs communes.  "L'identité d'une personne passe par son accès à la culture. Les droits culturels sont les liants des droits humains fondamentaux" insiste Renè Lescuyer, responsable artistique de Printemps d'Europe. 

L'affiche de Printemps d'Europe 2012

L'affiche de Printemps d'Europe 2012

© DR

 

Créations originales 

Parmi les 15 équipes artistiques attendues entre Rhône et Saône, à noter : la 1ère participation d'une compagnie albanaise. Avec la venue du grand acteur albanais Mirush Kabashi - qui jouera pour la première fois à Lyon « L'Apologie de Socrate ».

Autre temps forts : "Edipo", une performance portugaise qui mêle théâtre, arts plastiques et visuels. Dans cette œuvre métaphysique, les trois arts se répondent et insufflent une résonnance singulière au texte. 

 

Édipo

Édipo

© Filipe Dâmaso Saraiva

 

Découvrir des aventures artistiques singulières, des démarches inconnues en France...C'est l'ambition du festival qui rêve d'une Europe à la fois unie par la culture, et ouverte aux cultures qui l'entoure.

Illustration ultime de la solidarité culturelle, revendiquée par le festival : l'hospitalité est au coeur de l'événement, elle est même érigée en principe de base. Toutes les troupes sont logées chez l'habitant.

 

Printemps d'Europe, c'est du 22 mai au 2 juin inclus dans plusieurs lieux de Lyon. 

Toutes les infos : ici