14 juillet : Avignon à la recherche de l’esprit de Jean Vilar

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/07/2012 à 16H31
Place Public, scénographie

Place Public, scénographie

© KXKM

Une représentation unique et gratuite, en plein air : le soir du 14 Juillet à 23h, après le rituel feu d’artifice, la talentueuse compagnie KompleXKapharnaüm a célébré le centenaire de la naissance de Jean Vilar. Avec "Place Public", elle s'’interroge, de manière poétique et spectaculaire, sur le rêve du héraut du théâtre populaire, fondateur du Festival d'Avignon. Une évocation qui peut se prolonger avec l’exposition « Le Monde de Jean Vilar », à la Maison Jean Vilar de la Cité des Papes.


- KompleXKapharnaüm : comme Jean Vilar "partager avec le plus grand nombre" pour faire revivre son esprit

L’idée peut paraître surprenante, confier au collectif KompleXKapharnaüM un hommage à Jean Vilar. Pour fêter le centenaire de sa naissance les directeurs du Festival, Hortense Archambault et Vincent Baudriller, ont choisi de faire revivre toutes les facettes de l'artiste afin de  déceler ce qui reste aujourd’hui de sa pensée. Un spectacle fait de projections, de fresques murales, de voix et de musique, donné sur la Place du Palais des Papes en utilisant l’immense façade, bien entendu.

- "Le Monde de Jean Vilar" à la Maison Jean Vilar

Installée dans le coeur historique de la cité des papes, la Maison Jean Vilar, propose une exposition sur "Le monde » du grand homme de théâtre, fondateur du Théâtre National Populaire et du Festival d’Avignon en 1947, qu’il dirige jusqu’à sa mort en 1971. Un festival qu'il ouvre à la musique et à la danse sous le feu des critiques.

Un chef d’orchestre avec une équipe soudée derrière lui.

Dans une salle, 18 oriflammes ont été tendues, chacune représentant l'une des personnalités dont Jean Vilar avait su s'entourer pour constituer son équipe légendaire. A travers des enregistrements sonores et vidéos, les acteurs Gérard Philippe, Maria Casarès, Agnès Varda, le poète René Char, le chorégraphe Maurice Béjart ou le musicien Maurice Jarre, témoignent de cette époque glorieuse du théâtre populaire.

Les lettres inédites à son épouse Andrée

Si on prend plaisir à réentendre les voix de ces fantômes familiers on regrette la scénographie un peu plan plan de l'exposition. On y découvre cependant pour la première fois les lettres de Jean Vilar à son épouse Andrée, envoyées lors des tournées qui ont méné le TNP aux quatre coins du monde. Cette correspondance intime qui s'étale de 1941 à 1971, permet de corriger l’image de l’homme public froid et rigoureux, moraliste sévère. On découvre un homme drôle, ouvert sur son époque et non pas uniquement obsédé par le répertoire. Emouvante également, cette salle ou sont empilés pèle mêle, malles et objets de scène, décors, masques et costumes de la troupe.

Vestiges des tournées du TNP

Vestiges des tournées du TNP

© S.Jouve

"Plaire, séduire, réjouir"
Et comme nous le rappellent les affiches, le TNP s'adressait à tous. Pour quelques francs on s’offrait à Suresnes, une pièce, un déjeuner et un bal avec les comédiens. Une démarche conforme à la définition que Jean Vilar donnait de sa mission, en 1951 : « On sent bien qu’il n’est pas question pour nous d’éduquer par le truchement des chefs d’œuvre, un public. La mission du théâtre est plus humble, encore qu’aussi généreuse : il doit plaire, séduire, réjouir et nous couper pour un temps de nos peines intimes et de nos misères ».

Affiches du TNP

Affiches du TNP

© S.Jouve

"Place Public" par KompleXKapharnaüm
14 Juillet, 23h, Place de Palais des Papes (1h10). Gratuit

"Le Monde de Jean Vilar"à la Maison Jean Vilar
8 rue de Mons
Tél : 04 90 86 59 64