Festival d'Avignon 2010: "La mort d'Adam" de Jean Lambert-wild,retour énigmatique sur une enfance à la Réunion

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/07/2010 à 09H17
Festival d'Avignon 2010: "La mort d'Adam" de Jean Lambert-wild,retour énigmatique sur une enfance à la Réunion

Festival d'Avignon 2010: "La mort d'Adam" de Jean Lambert-wild,retour énigmatique sur une enfance à la Réunion

© Culturebox

Pendant le Festival d'Avignon 2010, se joue "La mort d'Adam, deuxième mélopée de l'hypogée", pièce contemporaine énigmatique de Jean Lambert-wild.

"La mort d'Adam" dresse le portrait d'une autobiographie fantasmée. Jean Lambert-wild  relate un épisode étrange de son enfance passée à la Réunion : un taureau nommé Adam -ramené par son père et considéré comme un dieu sur l'île-  finit dans son assiette sans qu'il le sache.
Bien plus qu'un bovin, il représente une figure mythologique (symbole divin et signe de félicité) pour les habitants réunionnais et dans son imaginaire d'enfant. Pour Jean Lambert-wild, manger Adam signifie manger sa prospérité, manger une part de lui-même.
"La mort d'Adam" connecte le réel amplifié et le fantasmé. La vision de l'auteur n'est pas linéaire mais circulaire. Elle entraîne la confrontation du minotaure et de l'Oedipe à Colone, celui qui, une fois aveugle est guidé par Antigone.
Cette mise en scène chimèrique met l'accent sur une Réunion vécue et non une Réunion touristique folkloriste.   

A voir aussi sur Culturebox :

- > d'autres vidéos sur le Festival d'Avignon, sur le théâtre contemporain
- > Festival Off d'Avignon
- > les festivals de l'été 2010