Eugène Ionesco chanté par la Comédie de Picardie

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/10/2009 à 16H27
Eugène Ionesco chanté par la Comédie de Picardie

Eugène Ionesco chanté par la Comédie de Picardie

© Culturebox

Eugène Ionesco aurait eu 100 ans le 26 novembre 2009.  Un centenaire que la Comédie de Picardie commémore du 20 octobre au 11 décembre 2009, et d'une manière que ce représentant du théâtre de l'absurde aurait probablement adoré : en chanson. "Tiens il est neuf heures" permet d'approcher l'univers complexe et burlesque d’Eugène Ionesco sous une forme musicale. Une prouesse pour ces jeunes interprètes.

« La Cantatrice Chauve », « Les Chaises » ou « Le Roi se meurt », 3 pièces majeures d'Eugène Ionesco qui ne font qu’une comédie musicale. Une manière originale de mettre en lumière le dramaturge français d'origine roumaine. Ces textes ne sont pas choisis au hasard.  "La cantatrice chauve" et les "chaises" sont deux des plus grands succès de Ionesco. Elles sont représentatives des principaux aspects de son théâtre, de sa richesse et de ses trouvailles. "Le Roi se meurt" est une allusion voilée au déclin de la puissance coloniale française. Créée en 1961-1962, la pièce résonne à l’époque comme  une critique de la politique française dans les colonies. Un engagement de l’auteur déjà amorcé dans « Rhinocéros » où Ionesco manifeste son effroi devant le patriotisme chauvin et le racisme qui saisit la France après la Bataille d'Alger.
Les textes sont loin d'être légers mais mit en musique par la Comédie de Picardie ils permettent au spectateur de vivre les interrogations de Ionesco. C'est à la fois fantaisiste, burlesque, parfois grave et toujours poétique.