Du rap au théâtre : Kery James questionne la situation des banlieues

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/01/2017 à 17H32, publié le 02/01/2017 à 17H07
Le rappeur Kery James a écrit "A Vif" : une pièce de théâtre en forme de concours d'éloquence qui oppose deux jeunes avocats sur la situation actuelle des banlieues 

Le rappeur Kery James a écrit "A Vif" : une pièce de théâtre en forme de concours d'éloquence qui oppose deux jeunes avocats sur la situation actuelle des banlieues 

© France 3 / Culturebox

Chanter, écrire, parler, jouer, et échanger avec le public, en 2017 le rappeur Kery James ne lâche rien. Il rode actuellement sa nouvelle pièce à Lons-le-Saunier (Jura) avant de la jouer sur la scène du théâtre du Rond-Point à Paris puis dans toute la France. "A vif", oppose deux avocats sur une question de société centrale : la responsabilité de l’Etat dans la situation actuelle des banlieues.

Rappeur, auteur compositeur et maintenant auteur de pièce de théâtre, Kery James a le don de l'éloquence et du questionnement. Son dernier défi est une pièce de théâtre qui pose, une fois encore, toutes les questions qui taraudent l'artiste : l'émancipation des banlieues françaises et la responsabilité de l'Etat Français. Les socles principaux étant évidemment : le langage et la compréhension.

Accueillis en résidence à Lons-le-Saunier (Jura), Kery James, Yannik Landrein et Jean-Pierre Baro présentaient "A vif" en avant-première. Après le spectacle, toute l'équipe et le public ont pu échanger. "C'est chamboulant", dit un spectateur en sortant de la pièce. 

Reportage : C. Schaffner / M. Descoubes / R. Bolard / M. Bensmaïl 

Emancipation et responsabilisation

En poète humaniste d'aujourd'hui, Kery James a écrit une joute en phase avec le monde. Sur le plateau, deux futurs avocats s’affrontent. Sorte de concours d'éloquence, le postulat de départ est en phase directe avec le monde : "L’État doit-il être jugé coupable de la situation actuelle des banlieues ?" Le plateau se transforme en salle d'audience, en agora passionnée où l'un défend les intérêts de l'Etat et l'autre ceux du citoyen. 

Entre le noir et le blanc, il y a quelque chose que l'on appelle le gris

Jery James
Séance de travail avec  Jean-Pierre Baro, Kery James et Yannik Landrein 

Séance de travail avec  Jean-Pierre Baro, Kery James et Yannik Landrein 

© Nathadread Pictures


La rencontre des "Deux France" en un spectacle

Avec cette nouvelle aventure, le souhait de Kery James serait de rassembler les "Deux France" comme il les nomme. Deux entités sociales, politiques, culturelles qui s'ignorent voire qui se méprisent. Car à travers les diatribes des deux juristes, ce sont deux France qui s’écharpent. "C'est un spectacle sur les préjugés, sur la responsabilité et aussi sur la victimisation", assure le rappeur auteur de la pièce. 
 Yannik Landrein et Kery James

 Yannik Landrein et Kery James

© Nathadread Pictures

Théâtre politique et radical, "A Vif" est une occasion en or de mélanger des publics très différents. "Je me doute bien qu'il y aura des fans de Kery James, des gens qui ne vont pas au théâtre et d'autres qui ont l'habitude d'aller au théâtre mais qui n'y connaissent rien au rap. Tous ces gens-là vont être réunis dans une même salle pour discuter des enjeux majeurs de la politique française", souligne le metteur en scène Jean-Pierre Baro 
A vif Affiche © Stéphane Trapier

Horizon 2017

La question principale qui hante aussi le texte de Kery James ( né en Guadeloupe  en 1977) est l'enjeu capital de l'élection présidentielle en mai 2017. "Cette pièce ne règlera certainement pas le problème, mais proposera quelque chose de fondamental à la cohésion nationale : un dialogue", dit-il en note d'intention.

"A vif". Premières représentations, le 5 et 6 janvier 2017 à Lons-le-Saunier au théâtre des Scènes du Jura. Puis du 10 au 22 janvier au théâtre du Rond-Point à Paris.

Le huitième album de Jery James sorti en octobre 2016 s'appelle "Mouhammad Alix" en référence explicite au boxeur mythique Mohamed Ali. 
Kery James peaufine aussi une autobiographie pour le printemps 2017.