Dieudonné finalement autorisé à jouer ce samedi au Zénith à Strasbourg

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/01/2015 à 14H29
Dieudonné autorisé à jouer son spectacle à Strasbourg, 17 janvier 2015

Dieudonné autorisé à jouer son spectacle à Strasbourg, 17 janvier 2015

© SIPA

Le polémiste Dieudonné, qui a pu jouer vendredi soir à Metz à l'issue d'une procédure d'urgence en justice, a également obtenu samedi, in extremis, le droit de se produire samedi soir au Zénith de Strasbourg, en dépit de la résiliation de son contrat d'accueil.

Saisie par l'avocat de Dieudonné, Me Sanjay Mirabeau, la juge des référés du tribunal de Strasbourg lui a donné raison. Elle a ordonné à l'exploitant du Zénith de Strasbourg d'ouvrir les portes de la salle à l'artiste et à son équipe ainsi qu'aux spectateurs au moins une heure à l'avance, sous peine d'une astreinte de 80.000 euros.

Lors de l'audience, samedi matin, Me Mirabeau plaidé la nécessité de "respecter le droit des contrats". "Quel précédent créerait-on si on disait 'on peut contracter, et puis la veille (du spectacle), si le bonhomme a une sale gueule, si c'est le démon, ou parce qu'on n'aime pas ce qu'il dit, alors on peut rejeter tout ce qui fait le fondement de notre droit'?", a demandé Me Mirabeau.

"Les contractants doivent respecter l'ordre public et les bonnes moeurs"

En réponse, l'avocat du groupe Vega, Me Lin Nin, a estimé que "les choses ont changé" depuis la conclusion du contrat de location de la salle, en juillet dernier. "Le contrat peut être résilié pour des motifs d'intérêt général. Les contractants doivent respecter l'ordre public et les bonnes moeurs", avait souligné l'avocat de Vega.

Or, "en raison des événements intervenus et des propos qui ont suivi" (c'est-à-dire les attaques sanglante contre Charlie Hebdo et un supermarché cacher et les propos de Dieudonné disant se sentir "Charlie Coulibaly", du nom d'un des djihadistes, ndlr) - le spectacle est appelé à se dérouler dans un "environnement portant atteinte à l'ordre public", avait-il ajouté.