Dieudonné expulsé du théâtre de la Main d'Or ? Décision mardi

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/09/2014 à 12H31
Théâtre de la main d'or, Paris

Théâtre de la main d'or, Paris

© ALAIN JOCARD / AFP

Le polémiste controversé Dieudonné saura mardi s'il est expulsé du théâtre parisien de la Main d'Or, comme le demandent à la justice les propriétaires de cette salle où il se produit depuis 15 ans.

Ces derniers estiment en effet que le théâtre est aujourd'hui occupé "sans droit ni titre", car la société Bonnie Productions, qui produisait les spectacles de Dieudonné et a signé en 2010 un bail de neuf ans l'autorisant à exploiter le théâtre, a été radiée du registre du commerce et des sociétés "pour cessation d'activité" en 2013.

Les propriétaires, qui ont acquis les lieux en 2011 en reprenant le bail en cours, disent ignorer "qui exploite le théâtre, mais il semblerait bien que ce soit la société Les Productions de la plume", une autre société possédée à parts égales par la mère et la compagne de Dieudonné.

"Le co-contractant ne respecte pas la contrat"

L'avocate des propriétaires, Dominique Cohen-Trumer, avait assuré lors de l'audience, fin juin, que l'action en justice de ses clients n'avait aucun lien avec les violentes polémiques autour de Dieudonné, et notamment de son spectacle interdit en début d'année en raison de sa tonalité jugée antisémite. La procédure ayant été lancée en même temps, Me Cohen-Trumer avait assuré que "c'est concomitant mais ça n'a rien à voir" et que la seule motivation de ses clients était "que le co-contractant ne respecte pas la contrat". 

Les avocats du polémiste avaient de leur côté refusé de plaider, le tribunal correctionnel de Paris ayant refusé leur demande de renvoi et accepté de se saisir de l'affaire sans attendre l'examen d'une demande de récusation des juges. Les magistrats avaient pour leur part estimé être en position de juger l'affaire et disposer des conclusions écrites de la défense.

Me François Dangléhant, conseil de Dieudonné, avait fustigé une "justice de type section spéciale" et "la violation des droits de la défense, du débat contradictoire et de l'égalité des armes". "On veut virer Dieudonné", avait-il dénoncé, déplorant "une décision que l'on connait d'avance, prononcée par trois juges sous le coup d'une récusation".

Petite annonce sur Twitter

Le 11 septembre, Dieudonné a posté un message en forme de petite annonce sur son compte Twitter en prévision du jugement: "Si la 'fine équipe' nous vire, nous cherchons un nouveau lieu pour jouer. Des idées? laïteamdieudo@yahoo.fr #dieudogate". Mardi également le polémiste, habitué des tribunaux, aura un autre rendez-vous judiciaire parisien, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) demandant l'interdiction de la vente du DVD du spectacle prohibé de Dieudonné, "Le Mur".

Le DVD, proposé à la vente sur le site du polémiste au prix de 40 euros, contient également la version remaniée, et autorisée celle-là, rebaptisée "Asu Zoa".