"Dans l’Autobus" : un doux voyage dans les rues et dans l'âme de Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/08/2012 à 16H56
Sandrine Brunner, Kristina Chaumont et Carole Anderson, "Dans l'Autobus" jusqu'au 25 août au Lucernaire

Sandrine Brunner, Kristina Chaumont et Carole Anderson, "Dans l'Autobus" jusqu'au 25 août au Lucernaire

© Christelle Glemet

La Compagnie des Planches et des Nuages nous emmène « Dans l’Autobus » jusqu’au 25 août au Théâtre Le Lucernaire. Un spectacle pas comme les autres pour une balade culturelle aux côtés de Prévert, Sartre et Queneau.

« Dans l’Autobus » n’est pas une pièce de théâtre traditionnelle. Si le rendez-vous est pris au Théâtre Le Lucernaire, il n’est pas question de s’enfoncer confortablement dans un des fauteuils rouges d’une salle obscure. Le spectacle est « un voyage littéraire et musical », au sens propre comme au figuré.

En petit comité (une quinzaine de places assises, pas plus), on monte à bord de l’autobus. Un petit van à la peinture blanche défraichie et aux sièges gris un peu usés. Mais dès le démarrage, le décor est vite oublié.

Un voyage poétique "dans l'Autobus" à travers le 6e arrondissement

Un voyage poétique "dans l'Autobus" à travers le 6e arrondissement

© Damien Richard
Dans ce « bus à histoires », Sandrine Brunner et Kristina Chaumont donnent vie aux textes d’une vingtaine d’auteurs au fur et à mesure que le 6e arrondissement de Paris défile sous nos yeux. On découvre ou redécouvre des extraits des « Exercices de style » de Raymond Queneau, du « Songe d’une nuit d’été » de Shakespeare, des « Paroles » de Prévert, du « Roi se meurt » de Ionesco, et bien d’autres encore.

Les voix apaisantes des deux comédiennes et les mélodies jouées à la guitare par le tout jeune Simon Le Pape s’ajoutent au ronronnement du moteur dans une douce berceuse.

"Au fil d’une onde calme et lisse
« L’autobus » indolemment glisse
Imbu d’ineffables délices" Lewis Caroll

Pas question de s’endormir pour autant. A chaque arrêt, l’espace urbain devient décor et source d’évasion. La petite troupe descend du bus et on suit les comédiennes dans un square ou au pied de l’église Saint-Sulpice. Des passants et touristes, un peu perturbés, se joignent à l’assistance le temps d’une scène.

Déjà on remonte dans le bus, et on prend une nouvelle route au son d’un autre texte, d’un autre auteur. Parfois on rit, on s’émeut ou on chante. Mais surtout on rêve.

Lorsque le voyage s’achève, les mots continuent de résonner dans nos têtes. Et l’envie vient de se plonger dans l’un de ses ouvrages dont on n’a eu qu’un (trop) court extrait.

Tous les textes dits par les deux comédiennes sont des coups de cœur de Carole Andersen, metteure en scène qui a imaginé ce spectacle itinérant avec la Compagnie des Planches et des Nuages. D’abord joué en Suisse, l’édition parisienne de ce spectacle a été financée par les dons des internautes, via la plateforme KissKissBankBank.

Du mercredi au samedi à 18h, 19h15 et 20h45 jusqu’au 25 août. Départ de l’autobus devant le Théâtre du Lucernaire (53, rue Notre-Dame-des-Champs, 75006)