Mis en scène par Matthieu Roy, Martyr de Marius Von Mayenburg poursuit une réflexion autour des figures de l’adolescence

Matthieu Roy met en scène la pièce “Martyr” de Marius Von Mayenburg, présentée au Théâtre National de Strasbourg. Les vingt-sept scènes se succèdent rapidement et racontent l’histoire de Benjamin et de son basculement dans le fanatisme religieux.

En janvier 2014, France 3 présentait “Martyr” mis en scène par Matthieu Roy lors de sa représentation au Théâtre Auditorium de Poitiers.

Martyr et le triptyque “Visage(s) de notre jeunesse”
 
Entre “Même les chevaliers tombent dans l’oubli” de Gustave Akakpo et “Days of Nothing” de Fabrice Melquiot, “Martyr” constitue le deuxième opus d’un triptyque intitulé “Visage(s) de notre jeunesse”. 
 
“Martyr” poursuit cette réflexion autour des figures de l’adolescence, mais cette fois à travers le thème du fanatisme religieux. Selon Matthieu Roy, il est « nécessaire de faire entendre cette pièce en France, car elle pose la question de la radicalisation d’un adolescent, de son parcours fanatique par le prisme de la bible ». Cette angle choisit par Marius Von Mayenburg est pour le metteur en scène, « une manière intelligente, théâtrale, fine et sensible de poser cette question qui est une vraie question de société ».

Réflexion autour de l’adolescence, de l’éducation et de la transmission
 
“Martyr” s’interroge notamment sur la question de la responsabilité des adultes, parents, professeurs, éducateurs... Au cours de son processus de radicalisation, aucun adulte ne s’oppose à Benjamin, ne voyant dans ses actes qu’une lubie. Mais la crise d’ado vire au fanatisme religieux et Benjamin trouve dans la Bible, des réponses et une force de persuasion qu’il utilise auprès de ses camarades.
 
Le rôle de Benjamin
 
Matthieu Roy décrit le personnage de Benjamin comme un garçon complexe et intéressant. Il opte pour la mise en scène d’un personnage attachant et intelligent afin qu’il apparaisse aux yeux du spectateur comme un personnage sympathique et non sombre et vindicatif. C’est ainsi une manière de venir interroger le spectateur. 

Résonance autour de la pièce
 
Créé en janvier 2014 à Poitiers, “Martyr” a, selon Matthieu Roy, « pris une autre résonance avec les événements du 9 janvier [2015, ndlr] à Paris ». Une attention et une écoute forcement différentes, de spectateurs qui se retrouvent face à « une comédie satirique où l’on passe du rire à l’effroi ».
 

Distribution

  • Date 08 février 2015
  • Durée 1h 30min
  • Production Supermouche Productions
  • Réalisation Sylvain Pierrel
  • Auteur Marius Von Mayenburg
  • Metteur en scène Matthieu Roy
  • Costumes Marine Roussel
  • Lumière Manuel Desfeux
  • Décors Ateliers du Moulin du Roc Scène nationale de Niort
  • Scénographie Gaspard Pinta
  • Traduction française Laurent Muhleisen
  • Espace sonore Mathilde Billaud
  • Régie plateau Séverine Rovel
  • Régie son Laurent Savatier
  • Régie générale et lumière Gabriel Galenne
  • Maquillage, coiffure, effets spéciaux Kuno Schlegelmilch
  • Assistanat à la mise en scène Marion Lévêque
  • Production artistique Cie du Veilleur
  • Coproduction le TAP – Scène Nationale de Poitiers, TGP-CDN de Saint-Denis, L'ONDE – Théâtre et Centre d'art de Vélizy-Villacoublay, Théâtre de Thouars – Scène conventionnée, Halle aux Grains – Scène nationale de Blois, Moulin du Roc – Scène Nationale de Niort, Faïencerie Théâtre de Creil – Scène conventionnée, MA Scène nationale Pays de Montbéliard
  • Avec le soutien de le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Poitou-Charentes), la Région Poitou-Charentes, le Département de la Vienne, et la Ville de Poitiers
  • Acteurs (+rôles) Claire Aveline - Inge Südel 
 
/  (sa mère) Clément Bertani - Benjamin Südel 
 /  (élève) Philippe Canales - Willy Batzler /  (proviseur) Romain Chailloux - Georg Hansen /  (élève) Carole Dalloul - Lydia Weber /  (élève) François Martel - Markus Dörflinger /  (histoire et éducation physique) Rodolphe Gentilhomme - Père Dieter Menrath /  (religion) Johanna Silberstein - Erika Roth  (biologie, chimie, géographie)
A lire aussi