La séparation d’un couple, vue par Pascal Rambert et verbalisée par les vives incarnations d’Audrey Bonnet et de Stanislas Nordey.

Ils y croyaient, ils y ont cru. L’amour fou, absolu, définitif. Mais c’est fini. Stan et Audrey se font face, se tiennent droits, en finissent. Clôture de l’amour, chant de la séparation, étend un dialogue de rupture. Deux artistes, dans une salle de répétitions aux néons crus, lancent et reçoivent les mots comme des projectiles. La diagonale est celle du fou, aux échecs. L’échec est flagrant, le champ de ruines infini. Corps en tension, sans merci ni négociation, Stan et Audrey rompent. Stan dit ce qu’il a sur le coeur puis la parole change de camp; le poison se distille tandis que chacun marque son territoire de la fin dans cette chambre des tortures. La partition, en deux temps, fait se débattre les êtres à l’intérieur d’eux-mêmes, et se répercuter les mots sur la peau. Tous impacts visibles, comme les chutes et les relèvements.

Distribution

  • Date 26 février 2014
  • Durée 1h 30min
  • Compositeur Alexandre Meyer
  • Auteur et metteur en scène Pascal Rambert
  • Comédiens Andrey Bonnet et Stanislas Nordey
  • Scénographie Daniel Jeanneteau
  • Réalisation Jérôme Cassou
  • Production Heliox Films & Bel Ombre Films
A lire aussi

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !