Violentes attaques contre "Intouchables" aux USA

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/12/2011 à 15H41
Omar Sy et François Cluzet dans "Intouchables"

Omar Sy et François Cluzet dans "Intouchables"

© Gaumont Films

Le phénomène aux 12 millions d'entrées se fait sévèrement épingler dans une critique de "Variety". La bible du cinéma américain voit dans "Intouchables" un film "choquant" qui montre un "racisme digne de l'Oncle Tom dont on espère qu'il a disparu à jamais des écrans américains".

Selon le journal, Driss (incarné par Omar Sy), "est traité comme un singe savant (avec toutes les associations racistes de ce terme)".

Deux scènes pointées du doigt
Variety cite notamment la scène où le jeune banlieusard montre comment danser à son employeur en remplaçant Vivaldi par "Boogie Wonderland" (derrière lequel pointe le stéréotype raciste du noir qui sait forcément danser... et pas vraiment apprécier la grande musique).

Autre moment pointé du doigt, celui où Driss enfile un costume et où la secrétaire particulière du tétraplégique le complimente en lui disant qu'il ressemble à Barack Obama - "comme si le seul noir en costume ressemblait à Barack Obama"

"Cela fait peine de voir Sy, un acteur charismatique, dans un rôle si proche de celui de l'esclave d'antan, amusant le maître tout en personnifiant tous les stéréotypes de classe et de race", écrit encore Variety. L'auteur, Jay Weissberg, conseille d'ores et déjà à ceux qui ont acheté les droits du remake aux USA d'engager une solide réécriture du scénario.

Dans l'Hexagone, le film a rencontré peu de réserves
En France, seuls les Inrockuptibles et Libération ont émis des réserves sur cette comédie, sans jamais y lire du pur racisme. Le premier y a vu une "fable relou et démagogique" tandis que le second a dénoncé la façon dont le film "abolit la méfiance qui règne entre classes sociales et la remplace par un mélange de bonhomie et de sans-gêne".