"Un bonheur n'arrive jamais seul" : Sophie Marceau et Gad Elmaleh amoureux

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/06/2012 à 17H16
Sophie Marceau et Gad Elmaleh : "Un bonheur n'arrive jamais seul" de James Huth

Sophie Marceau et Gad Elmaleh : "Un bonheur n'arrive jamais seul" de James Huth

© Pathé Distribution

De James Huth (France), avec : Sophie Marceau, Gad Elmaleh, Maurice Barthélémy, François Berléand - 1h50 - Sortie : 27 juin

Synopsis : Sacha aime ses amis, son piano, la fête. Charlotte a trois enfants, deux ex-maris et une carrière professionnelle à gérer. Tout les oppose. Ils n’ont rien à faire ensemble. Ils sont faits l’un pour l’autre.
 

Coup de foudre
Cela faisait deux ans que l’on n’avait vu Sophie Marceau à l’écran. Une lacune désormais réparée avec « Un bonheur n’arrive jamais seul », signé James Huth (« Lucky Luke », « Brice de Nice », « Serial Lover »…), avec Gad Elmaleh à son côté. Bonne idée de réunir ce casting dans une comédie romantique plutôt plaisante mais sans surprise. La ficelle consistant à réunir deux personnages que tout oppose n’est pas nouvelle.

Sophie Marceau et Gad Elmaleh : "Un bonheur n'arrive jamais seul" de James Huth

Sophie Marceau et Gad Elmaleh : "Un bonheur n'arrive jamais seul" de James Huth

© Pathé Distribution

Mais James Huth ne construit pas son film sur la révélation progressive de l’amour, ou le cheminement que l’un et l’autre vont parcourir pour se reconnaître. Dès la deuxième scène Charlotte (Sophie Marceau) et Sacha (Gad Elmaleh) tombent dans les bras l’un de l’autre. Coup de foudre. L’intrigue est ailleurs. On la trouve dans le détachement progressif et les allers et retour de Sacha par rapport à ses potes. Mais n'a-t-on pas déjà donné dans le registre ? Elle est aussi dans ceux de Charlotte en regard de ses ex, notamment François Beléand, encore excellent, même s'il ne sort pas de son registre habituel. Plaisir également de retrouver Macha Méril en mère possessive, toutefois trop rare à l'écran.

Codes attendus
Il y a pourtant un chemin à parcourir entre Charlotte et Sacha. Elle incarne la femme active et responsable, lui l’artiste dilettante. Elle a trois enfants et deux ex, lui, collectionne les conquêtes d’un soir et déteste les petites têtes blondes. C’est ce cheminement un peu décalé par rapport aux conventions qui pèche un peu. D’emblée par cette rencontre torride peu crédible. Mettre dans son lit Sophie Marceau en un tour de main, on peut en douter… Mais bon. Mettre dans sa poche trois gosses, alors que l’on déteste les enfants… mouais. Les deux constituent les edux "bonheurs" du titre.

« Un bonheur n’arrive jamais seul », ne cherche pas à être réaliste, mais à délivrer un message positif sur le ton d’une comédie enlevée et bien rythmée. Ce à quoi le film parvient. A son bénéfice, une magnifique Sophie Marceau, très mise en valeur qui prend visiblement plaisir à s’exercer au jeu de la comédie romantique, celle de James Huth lorgnant sérieusement du côté de son traitement anglo-saxon. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que le film passe par New York. Aussi, ne sort-il pas des codes attendus du genre. Un peu plus de folie n’aurait pas fait de mal et les meilleurs moments demeurent les rares moments burlesques, d’autant qu’ils sont interprétés par Sophie Marceau. Gentil.